Une année de Géographie en CM2

Après l’Histoire, voici une nouvelle année de Géographie avec mes CM2 pour l’année prochaine. Comme expliqué dans l’article contenant mes préparations en histoire, après 3 ans d’utilisation de mes anciennes fiches, j’étais lassé.. J’ai donc décidé de tout refaire. Je suis donc ravi de vous partager ce gros travail qui m’a pris une grosse partie du mois d’août.

Un grand grand grand merci à Camille Martin qui a pris le temps de relire ce travail à la recherche de petites coquilles et de formulations hasardeuses..

Je tiens à préciser que je me suis inspiré du manuel Odyssée de Magnard pour construire mes fiches.

Les fiches se composent de documents, de définitions, de QrCodes renvoyant vers une ou plusieurs vidéos complémentaires et des questions.

Cliquez sur l’image pour accéder à l’ensemble des fiches

Pour répondre aux questions, les élèves sont amenés à s’aider des documents et à faire des recherches sur internet. Ensuite, une mise en commun par groupe puis par classe est faite ainsi que la réalisation d’une trace qui peut être formulée de différentes manières : texte, carte mentale, capsule..

J’ai tout de même produit mes propres traces écrites avec les termes importants qu’il est indispensable pour les élèves de garder dans leur cahier. Elles serviront de bases en fonction des différentes productions lors des séances.

Cliquez sur l’image pour accéder à l’ensemble des traces écrites

Je vous partage également ma programmation. Je précise que je suis en zone B.

Programmation géographie CM2 NEW 2019

Enfin, en ce qui concerne les évaluations, et pour garder une cohérence avec les ceintures de compétences, je fais des diplômes (mais on peut leur donner le nom qu’on veut). Chaque élève à deux essais pour les valider. Bien que je reçoive de nombreuses demandes, je ne souhaite pas partager mes évaluations qui ne sont bien évidemment pas encore construites..

Diplômes de Géographie CM2 New 2019

En espérant que ce partage vous plaira. Je vous remercie de me retourner vos utilisations de ces documents, cela m’intéresse toujours énormément.

Bonnes préparations

Mes outils pour la rentrée [Emploi du temps, Plan de travail, etc..]

Je vous partage aujourd’hui quelques outils que je vais utiliser l’année prochaine.

Emploi du temps

On commence par l’emploi du temps. Quelques précisions:

  • Je suis dans une école à 4 jours.
  • C2C signifie ceintures de compétences (en autonomie ou non).
  • J’ai placé l’EPS au hasard car je n’ai pas encore mes créneaux.
  • J’ai encadré maths, français et ceintures car je ne travaille pas en classe entière lors de ces séances mais plutôt ce que l’on pourrait qualifier de flexible.
  • J’ai pastorale car je suis dans une école privée.

Clique sur l’image pour ouvrir l’EDT au format PDF

Le plan de travail

Voici la trame de mon plan de travail de cette année que je souhaitais au format portrait contrairement à l’année dernière. Peu de nouveauté car il a très bien fonctionné donc je n’ai aucune raison de changer.

Clique sur l’image pour ouvrir le PDF

La monnaie intérieure

Je vous ai déjà plusieurs fois parlé de la mise en place de la monnaie intérieure en classe. Je vous renvoie à mon dernier article.

Cette année, avec mon collègue, nous avons choisi de travailler sur la France. Nous donnons un nom à nos classes, pour moi ce sera « Classe Marianne ». Et pour notre monnaie, nous avons choisi le Franc. J’ai pris modèle sur les pièces et billets qui ont existé avec l’Euro et je les ai reproduis avec Procreate et mon fidèle iPad.

Je ne sais pas encore si nous allons imprimer sur une feuille cartonnée en couleur ou une feuille simple que nous plastifierons. Il se peut même qu’on ne puisse finalement pas utiliser les copies couleurs même si toutes les photocopieuses vont en être dotées.

Le cahier du jour

Pour le cahier du jour, peu de changement. J’avais un système d’annotation un peu archaïque comparé à ce que je fais avec les ceintures de compétences. Du coup, pour un peu plus de cohérence, j’adapte le même code.

La poésie

Cette année, je laisse de coté mon recueil de la mer (50 poésies) et je reviens sur mon ancien recueil (80 poésies). Les thèmes sont variés. Je change par contre mon code de récitation. J’ai adapté le système de LutinBazar en reprenant ces quatre thèmes que je colorierai en fonction des résultats (vert, orange, rouge).

Cahiers de leçon

Pour les cahiers de leçon, j’aime bien faire des pages de garde pour que les élèves s’y retrouvent. Et depuis deux ans, j’y ajoute des bitmoji sur le thème. Bon, ce sont des bitmoji avec ma tête, et vous allez me dire que je suis égocentrique ou narcissique mais mes élèves aiment bien, trouve cela amusant, alors je continue.

 

Voilà pour ces quelques outils. Vous pouvez retrouver toutes mes programmations sur le blog pour vous aider à construire les votre.

Une année d’Histoire en CM2

C’est parti pour une nouvelle année d’Histoire avec mes CM2 l’année prochaine. Après 3 ans d’utilisation de mes anciennes fiches (que je retravaillais tous les ans), j’étais lassé.. J’ai donc décidé de tout refaire. Je suis donc ravi de vous partager ce gros travail qui m’a pris une grosse partie du mois de juillet et qui sera bientôt complété d’une année en Géographie en CM2.

Un grand grand grand merci à Camille Martin qui a pris le temps de relire ce travail à la recherche de petites coquilles et de formulations hasardeuses..

Je tiens à préciser que je me suis inspiré du manuel Odyssée de Magnard pour construire mes fiches.

Les fiches se composent de documents, de définitions, de QrCodes renvoyant vers une ou plusieurs vidéos complémentaires et des questions.

Clique sur l’image pour accéder aux fiches

Pour répondre aux questions, les élèves sont amenés à s’aider des documents et à faire des recherches sur internet. Ensuite, une mise en commun par groupe puis par classe est faite ainsi que la réalisation d’une trace qui peut être formulée de différentes manières : texte, carte mentale, capsule..

J’ai tout de même produit mes propres traces écrites avec les termes importants qu’il est indispensable pour les élèves de garder dans leur cahier. Elles serviront de bases en fonction des différentes productions lors des séances.

Clique sur l’image pour accéder aux traces écrites

Je vous partage également ma programmation. Je précise que je suis en zone B.

Programmation histoire CM2 NEW 2019

Enfin, en ce qui concerne les évaluations, et pour garder une cohérence avec les ceintures de compétences, je fais des diplômes (mais on peut leur donner le nom qu’on veut). Chaque élève à deux essais pour les valider. Bien que je reçoive de nombreuses demandes, je ne souhaite pas partager mes évaluations qui ne sont bien évidemment pas encore construites..

Diplômes d’Histoire CM2 NEW 2019

En espérant que ce partage vous plaira. Je vous remercie de me retourner vos utilisations de ces documents, cela m’intéresse toujours énormément.

Bonnes préparations

Une nouvelle année avec @KlassroomFR

Vous découvrez Klassroom, je vous invite à relire mon article de présentation que j’avais fait l’année dernière (en cliquant ici).

La différence cette année, j’ai supprimé le cahier de liaison au format papier pour obliger toutes les familles à y passer. C’est ce qui avait pêché l’année dernière, seulement la moitié des familles avait rejoint Klassroom.

Et là succès garanti, j’ai réussi à avoir l’ensemble des familles (sauf une malheureusement mais de mauvaise foi, manque de place dans son téléphone, pas envie de supprimer Facebook ou Snapchat pour suivre la scolarité de son enfant).

J’utilisais tout de même une pochette cartonnée en parallèle pour y glisser toutes les feuilles qui demandent à être remplies par les parents.

Le dialogue a été facilité tout au long de l’année, le retour des parents a été exceptionnel. L’application nous rapproche des familles et inversement. Du coup, le rapport change totalement et j’ai bien l’impression que l’implication des familles est plus grande.

Bon, en faisant un bilan avec mon collègue qui utilise aussi l’application mais en version gratuite pour les parents, on constate tout de même que les commentaires et interactions sont moins nombreux qu’avec ma classe qui est premium.

Quoi qu’on en dise, et bien qu’il existe la version gratuite « webapp », les parents qui sont bientôt presque tous équipés de smartphones, préfèrent utiliser un application, au même titre que Facebook ou autre.. On s’en est rendu compte lors du voyage scolaire où là, les parents des deux classes ont profité de la version payante.

Trois familles avaient pris l’option de payer les 1,99€/mois pour avoir toutes les publications et pas seulement la dernière.

D’autant plus qu’avec mon collègue avec qui je suis parti en classe de mer, nous avons créé une classe éphémère juste pour cet événement. Et l’engouement était total. Nous avons même eu des parents, qui ne suivaient pas les classes de l’année, qui nous ont rejoint seulement pour cette semaine.

Nous avons partagé le quotidien des élèves lors de ce séjour. Nous n’avons jamais eu autant de commentaires, de retour, de partage, de like. Les parents ont vécu le voyage de leur enfant. Et nous côté prof, nous avons partagé cela avec une facilité déconcertante.

Je me rappelle encore il y a deux ans, nous étions partis aussi et nous avions choisi d’utiliser un blog pour partager le séjour. Heureusement, avec WordPress, cela est facilité mais la mise en place et le retour des familles n’étaient pas si enthousiasmants qu’avec Klassroom.

Bref, avec les petites nouveautés de l’année prochaine, c’est sur que nous allons continuer. Mais, pour mon collègue, ce sera avec la version premium. Bien que selon Klassroom, 90% des familles utilisent la version gratuite. Le prix est alors de 99€ HT pour une classe (à faire payer par votre coopérative ou par votre établissement).

Il y a tout de même du mieux sur la gratuite, les utilisateurs ne verront plus seulement le dernier post mais tous ceux postés lors des derniers 24 heures.

En ce qui concerne les principales nouveautés :

Possibilité de faire l’appel via l’application et de générer des feuilles d’appel avec les statistiques.

Les prises de rendez-vous entre le prof et les familles sont facilités, le prof peut maintenant en initier un (c’était une grosse demande des utilisateurs).

Enfin un « Yearbook » sera éditable à la fin de l’année et c’était plutôt une demande des parents afin de garder un souvenir de l’année scolaire autre qu’en téléchargeant une par une les photos.

En bémol, je note tout de même l’augmentation de l’abonnement pour les familles qui souhaitent ne passer que par l’application. On passe de 1,99€/mois à 2,99€/mois tout de même.

Par contre Klassboard prend de l’ampleur et sort de son statut « bêta ». Je rappelle que c’est une webapp qui permet de contrôler toutes les classes de l’école, pour un directeur par exemple, en un seul endroit. On peut par exemple, très facilement, diffuser un message à tous les parents de toutes les classes.

Je ne peux que vous inviter à essayer l’application qui est validée pour l’éducation nationale.

Je remercie toute l’équipe de Klassroom pour leur confiance.

À bientôt et bonnes vacances.

Mon jeu pédagogique de l’année

En plein FLIP de Parthenay (plus d’infos ici), le festival des jeux, j’ai décidé moi aussi de mettre en avant le jeu ludo-pédagogique que j’ai préféré (ainsi que mes élèves) cette année.

Comme vous l’avez vu sur l’image mise en avant, il s’agit de « Multi-Héros » de Lorin Walter et Matthieu Boucher (monécole.fr).

Un jeu qui se joue à 4 et qui permet de façon très ludique de revoir ou apprendre ses tables de multiplications en jouant avec, en les manipulant. Le tout avec des super-héros, des pouvoirs et des attaques.

Mes élèves ont adoré, il va falloir certainement que j’achète d’autres boites, sinon cela va être la guerre.

En tout cas je ne peux que vous le conseiller. N’hésitez pas dans les commentaires à me dire ce que vous en avez pensé si vous l’avez déjà dans votre classe.

Les ceintures de comportement [Pédagogie institutionnelle]

On finit notre tour de la pédagogie institutionnelle avec les « ceintures de comportement ».

Le principe est simple, les élèves ont la possibilité de progresser dans les ceintures (comme au judo) en adoptant un bon comportement et en échange ils obtiennent des droits. Plus les ceintures sont hautes, plus les exigences sont grandes et les droits également.

Un système que je n’utilise pas dans ma classe mais je constate qu’un peu plus de 50% des collègues qui ont répondu au questionnaire l’ont mis en place.

Ces ceintures du comportement tiennent aussi une place importante dans la pédagogie institutionnelle.

Pour tout vous dire, cela a été la partie du questionnaire la plus difficile à réaliser. Les avis étaient très partagés.. Je vais malgré tout essayer de synthétiser cela. Et nous allons faire comme pour les ceintures de compétences, deux catégories.

Oui aux ceintures de comportement

  • Elèves conscients de leurs progrès.
  • Elèves sécurisés.
  • Implication de la classe si les privilèges viennent des élèves. Donne du sens.
  • Investissement pour progresser dans les ceintures, donc les droits et les responsabilités.
  • Elèves apprécient d’être jugé au mérite.
  • Beaucoup d’efforts pour bien se comporter au quotidien et progresser pour avoir plus de droits.

Non aux ceintures de comportement

  • Pas envie de catégoriser les élèves par leur comportement.
  • Trop chronophage. Le conseil d’élèves suffit.
  • Pas en accord avec le système ceintures=droits.

Voici pour cette série d’articles sur la Pédagogie Institutionnelle. J’espère que cela vous aura permis de découvrir ou redécouvrir cette pédagogie et aussi que cela vous donnera envie d’y piocher quelques principes pour construire la votre.

N’hésitez pas à me faire des retours sur des institutions que vous avez mis ou que vous souhaitez mettre en place.

A très vite pour de nouveaux billets.

Les ceintures de compétences [Pédagogie institutionnelle]


Pour les ceintures de compétences, je ne reviendrai pas sur son fonctionnement et sur leurs origines, je vous laisse pour cela parcourir mon site et le dernier article sur le sujet, ainsi que le blog du collectif @c2cedu dont je fais partie « nosceintures2compétences.org ».

On s’attache aujourd’hui au retour des enseignants utilisant ce système en classe. Sur les 15 enseignants qui ont bien voulu répondre à mon questionnaire, seulement 60% ont mis en place l’évaluation par ceintures de compétences dans leur classe. C’est assez peu. Je pense que certains ont envie, mais que la masse de travail en amont peu en décourager un bon nombre, ainsi que le fait de se sentir isolé dans un travail d’équipe. Cela bouge néanmoins et les articles, les partages sur le sujet pullulent..

En ce qui concerne le questionnaire, les collègues soulignent les bénéfices de travailler en ceintures malgré quelques limites constatées.

Les apports

Le premier point est la visibilité très précise au quotidien de la progression des élèves dans l’acquisition des compétences.

Le deuxième point est la création de parcours personnalisés et le respect du rythme de chacun en retirant tout le stress possible qu’il peut y avoir lors d’évaluation de fin de période par exemple.

Enfin, pour le troisième point, les réussites sont valorisées, les élèves deviennent autonomes et l’élève est acteur de ses apprentissages.

Cela reprend plus ou moins tout ce qui a déjà était dit sur les apports du fonctionnement en ceintures de compétences.

Les limites

Ce qui m’intéressait beaucoup plus, c’était recueillir les observations de mes collègues sur d’éventuelles limites, car aucune méthode n’est parfaite.

On note que les parents sont parfois un peu perdus et ont des difficultés à situer leur enfant.

Aussi, pour certains élèves, avancer à son rythme n’est pas motivant, et donc ils n’accrochent pas et se moquent de ne pas progresser dans l’acquisition des ceintures.

Des élèves ne rentrent pas dans cette « pédagogie », ils ne sont pas motivés pour passer les ceintures. Je mets donc moins de ceintures en place, je « mixe » les pédagogies. Céline

Une collègue attire aussi notre attention sur le fait de vouloir faire trop de ceintures pour tout et n’importe quoi.

Pour finir, une autre limite majeure, le fait d’être le seul dans l’école à fonctionner avec les ceintures ou même devoir garder ses élèves une seule année quand on aimerait les suivre sur plusieurs années avec ce système pour observer et constater leur progression.

Je suis d’ailleurs bien heureux d’avoir pu mettre les ceintures dans le projet d’établissement de mon école. Nous avons à ce jour un suivi sur 2 ans, bientôt 3 et j’espère encore plus dans les années à venir.

La monnaie intérieure [Pédagogie institutionnelle]

Petit retour sur ce que je dis aux parents lors de ma réunion de rentrée sur la mise en place d’une monnaie intérieure:

La monnaie intérieure vise à offrir aux élèves pour lesquels l’objet d’étude scolaire n’est pas une source de motivation intrinsèque suffisante pour s’investir dans un réel travail d’apprentissage une source de motivation extrinsèque.

Quelques principes :

  • La monnaie a un nom et une durée de validité (l’année scolaire)
  • La monnaie n’est pas un bon point. Elle correspond à un salaire (un dû) et non pas une récompense ou à un cadeau (qui dépend du bon vouloir de l’enseignant).
  • La monnaie rémunère le travail. Elle ne sanctionne pas uniquement les réussites mais le travail réalisé (un exercice fait ne devra pas être nécessairement « tout juste » pour être pris en compte).
  • La monnaie révèle et permet de travailler sur certains problèmes de société. 
  • La monnaie permet de régler les amendes (infractions aux règlements de la classe ou de l’école).
  • La monnaie prend sens grâce au marché (l’argent émis doit circuler : un marché ponctuera le versement des salaires)*
  • Chacun, enseignant compris, peut vendre et acheter. Les objets vendus doivent être manufacturés ou d’une valeur inférieure à 2€ (et bénéficier alors de l’accord préalable des parents pour la vente).

Mais tout cela je vous l’ai déjà exposé sur mon billet qui présentait la mise en place de la monnaie intérieure dans ma classe (le Cousteau: mise en place d’une monnaie intérieure).

Alors, je ne suis pas surpris mais seulement 1/4 des collègues qui ont répondu à mon questionnaire ont mis en place ce système.

Certains ne voient pas l’intérêt, d’autres l’ont envisagé mais n’ont jamais sauté le pas pour diverses raisons. Cela leur pose question, notamment à la vue de la société actuelle.

« Dans une société où la globalisation est à remettre en question, j’interroge toujours cette institution au regard des limites que je lui prête: gain, esprit de surenchère et de rentabilité des apprentissages » Loïs

Pour ceux qui l’ont mis en place, les apports sont significatifs.

« La monnaie donne vraiment du sens aux élèves et ils attendent avec impatience le marché de classe. Même les plus fainéants multiplient les exposés, les lectures en classe pour gagner de l’argent. Et ils savent se réguler pour ne pas avoir trop d’amendes » Claire

On note une plus grande motivation pour les élèves dans leur travail quotidien, une émulation au sein de la classe, un travail mathématiques avec les échanges réguliers et une grosse attente pour le marché intérieur de la fin de semaine.

Et vous ? Cela vous tente de la mettre en place ?

Un grand merci à Bruce Demaugé-Bost

Les applications des iPad de mes élèves [vidéo]

Aujourd’hui, je vous fais à nouveau entrer dans ma classe et je vous plonge à travers les iPad de ma classe. Je vous montre comment je les ai organisés et quelles applications j’ai choisi d’installer.

Voici la liste des applications présentées:

Je vous dis à très vite pour une nouvelle vidéo.

Le Conseil d’élèves [Pédagogie institutionnelle]

Le conseil d’élèves issu de la pédagogie institutionnelle de Fernand Oury a pour missions de régler les problèmes de la classe, de féliciter des camarades pour un comportement exemplaire ou des progrès, de discuter de la vie de la classe et de faire des propositions d’amélioration par exemple..

Il peut se tenir une fois par semaine et peut durer plus ou moins de temps en fonction des sujets à aborder.

Mise en place

Lors du conseil, est présent l’ensemble des élèves de la classe. Six élèves y tiennent un rôle particulier : le gardien du temps va s’assurer que les débats de chaque sujet n’excèdent pas cinq minutes, le messager va éventuellement chercher des élèves d’autres classes concernés par les thèmes abordés lors du conseil, le président du conseil et le vice-président vont interroger les différents élèves en conflits ainsi que les témoins, le secrétaire note les échanges et décisions prises lors du conseil et enfin, le gardien des gêneurs. Le cahier de conseil mentionne d’ailleurs les prénoms de ces six élèves ainsi que leur rôle sur une période de temps déterminée.

Pour préparer ses conseils, on peut mettre en place un cahier de conseil en libre accès. Les élèves peuvent ainsi y renseigner leurs propositions et les thèmes qu’ils souhaitent aborder.

On peut même y ajouter plusieurs colonnes pour faciliter le travail du secrétaire. Par exemple, l’élève va y mettre son nom, la date et si pour le conseil, il souhaite faire une proposition, donner des félicitations, aborder un problème ou simplement poser une question.

Le Conseil est le garant du bien-être du groupe où tout peut être dit, en toute confidentialité. Aussi, si il y a un vote à faire, il peut très bien être organisé à bulletin secret.

« Cœur névralgique qui décide du fonctionnement de classe, des évolutions, des projets » Loïs

Au quotidien

Je constate parmi les réponses obtenues que sa mise en place et le rythme des conseils n’est pas toujours facile à gérer, aussi bien par les enseignants que par les élèves.

« Au début de l’année, lors de la mise en place, la place des problèmes peut peser car ça prend beaucoup de temps ! Mais, ensuite, du pur bonheur quand les élèves ont conscience que leurs idées peuvent devenir réelles ! » Céline

C’est donc un gros travail de préparation en amont avant de se lancer. Et une fois mis en place, il faut s’armer de patience pour commencer à en apprécier les bénéfices. Les premiers conseils peuvent parfois être long au début, le temps que la classe y trouve son rythme.

« Le moment préféré de la semaine pour les élèves. Ils y règlent des problèmes de la cour, font beaucoup de propositions, changent de place avec un camarade s’il est d’accord, proposent des solutions pour améliorer l’ambiance ou la vie de classe, proposent de nombreux métiers, nous en avons près de 30 ! Ils s’excusent auprès des autres s’il y a eu conflit, se félicitent pour leurs exposés etc, informent la classe des événements du week-end (par ex : brocante, spectacle de danse etc) ! » Claire

C’est un moment apprécié par les élèves car ce sont les élèves qui prennent les décisions. Ils y accordent beaucoup d’importance car leur parole est entendue et prise en compte.

Malgré tout, la peur que ce moment deviennent un règlement de compte en freine certains dans la mise en place de cette institutions.

En maternelle, avec des plus petits, c’est un peu plus difficile mais leur parole est entendue et ils apportent parfois des idées sur les projets et le quotidien de la classe.

Et vous alors, prêts à vous lancer ?