SpriteBox : Coder en s’amusant [Démo]

SpriteBox est un jeu d’initiation au code développé par les concepteurs de Lightbot. Il est disponible sur le web mais aussi en version application sur iOS et Android.

Composé de 4 niveaux, ce jeu est entièrement gratuit.

Je ne vous en dis pas plus et je vous laisse visionner ma vidéo de démonstration.

Evaluer avec Plickers


plickers-responses

On a parfois envie d’évaluer ses élèves très rapidement sur une notion, mais cela est souvent couteux en temps et en matériel.

Je pense bien évidemment aux photocopies mais aussi aux traditionnels levers d’ardoises.

Plickers propose une solution très simple quoiqu’un peu fermée car elle nous oblige à utiliser les QCM.

Je vous rappelle le principe très rapidement : les élèves se voient attribuer une carte qui contient un symbole. En fonction de l’orientation de ce symbole, l’élève va choisir entre 4 réponses possibles : A B C ou D. A l’aide d’un smartphone ou d’une tablette, l’enseignant va scanner les cartes des élèves et tous les résultats s’affichent en direct sur le site via le web.

Prenons un exemple :

capture-decran-2017-01-23-a-20-52-25

L’enseignant prépare ses questions et indique la bonne réponse. Il les affiche ensuite au tableau (TBI ou vidéo-projecteur) puis scanne les réponses des élèves. L’affichage des résultats est en temps réel. On remarque le graphique avec les choix de la classe. En vert le nombre d’élèves qui a bien répondu, en rouge, les mauvais choix.

Mais si on creuse un peu plus dans les résultats, on obtient le détail par élève pour chaque question.

capture-decran-2017-01-23-a-20-53-13

Enfin, et c’est la cerise sur le gâteau, une page affiche un récapitulatif final de toute la classe. On peut alors voir le pourcentage de bonnes réponses par élève et savoir précisément où la ou les erreurs ont été commises.

capture-decran-2017-01-23-a-20-54-07

Voici une façon simple et rapide d’évaluer vos élèves. Les résultats s’affichent en temps réel ce qui permet de rebondir très facilement sur les difficultés observées.

Et vous, comment évaluez vous rapidement vos élèves ?

Vie de classe : Les ceintures de compétences [Vidéo]

Pourquoi donner l’accès Internet à une classe de maternelle ?

888x179px_image_presentation

De plus en plus d’enseignants ont besoin d’avoir un accès à internet dans leur classe pour mener à bien leurs différents projets numériques. Marie Debrée (@trilolet), enseignante en grande section, nous montre quels sont les apports d’internet en classe de maternelle et les projets qu’il est alors possible de mettre en place. Un grand merci pour son formidable travail.

IMG_2355

Des comptines et.. Adobe Voice

Adobe-Voice-main-2

Vous le savez, je suis un grand fan d’Adobe Voice (disponible malheureusement exclusivement sur iPad) et lorsque j’étais dans une classe cycle 3, mes élèves prenaient grand plaisir à créer des petites capsules explicatives (quelques exemples sur jerevisealamaison.com).

Arrivé en maternelle, je ne pouvais pas laisser de coté cette formidable application. Il me fallait quand même réussir à trouver une idée qui impliquerait mes jeunes élèves (MS) dans la création.

Problème, l’application est en Anglais et la recherche d’icônes également. C’est la seule étape, avec le choix du layout, que mes élèves ne sont pas encore capables de réaliser seul.

Le choix du thème a été décidé en groupe classe pour avoir une cohérence sur l’année. Pour le reste, les élèves s’enregistrent, choisissent la musique, ainsi que les icônes.

Voici les résultats obtenus en ce début d’année :

Une année musicale

Capture d’écran 2015-10-01 à 19.12.32

Cette année sera une année musicale dans ma classe de moyenne section.

Premièrement, dans la classe, nous écouterons de la musique tous les jours: classique, jazz, rock, opéra, etc.. Tous les genres musicaux vont y passer. Puis nous découvrirons plusieurs instruments (nous ne nous contenterons pas de les découvrir, nous les pratiquerons aussi).

Deuxièmement, notre projet de classe sera la réalisation d’un « livre de comptines » sous format numérique. Les voix des enfants seront enregistrées. Nous chanterons les comptines de l’année (choisies par moi-même) mais également celles qui seront proposées par les enfants eux-même (libre choix des élèves). Ils illustreront également les comptines.

Voici d’ailleurs un petit extrait.

 

Et enfin, troisièmement, j’espère me remettre à la guitare afin de faire chanter mes élèves autrement qu’avec un cd ou autres. Mais cela, ce n’est pas encore gagné..

Bien démarrer en CM1/CM2 : les progressions

Start-Line-1024x326

Elles ne me serviront pas cette année, mais pour ceux ou celles qui débutent en cycle 3, je me permets de vous partager mes progressions/programmations par matière.

Je suis bien sur ouvert à toutes remarques. En espérant que ma modeste contribution vous permettra de passer une bonne année avec les grands.

En géographie, j’alternais une année programme CM1, une année programme CM2

Programmation Géographie CM1-CM2

En Histoire des arts, une progression sur deux ans en spirale

Programmation Histoire des Arts

En sciences, une progression sur deux années

Programmation Sciences CM1-CM2

En éducation civique, deux progressions sur une année (je n’en suis pas particulièrement fier)

Programmation Education civique CM1-CM2

Progression Education Civique CM1

Pour l’histoire, une progression par niveau 

Programmation histoire CM2

Programmation histoire CM1

En Français

 Programmation Français CM1 2014-2015 – copie

Programmation Français CM2 2014-2015 – copie

En Mathématiques

Programmation Mathématiques CM2 2014-2015 – copie

Programmation Mathématiques CM1 2014-2015 – copie

Et voilà, bonne lecture

La classe inversée : le bilan des élèves

ON-THE-FLIP-SIDE

Deuxième bilan de la série (pour ce qui est des élèves), avec un retour sur la classe inversée. Il semblerait que les élèves aient retenu principalement les capsules ainsi que les questionnaires. Les ateliers (ou groupes de travail) sont passés complètement à la trappe, sauf pour un seul élève.. Surprenant.

Seul les ateliers où l’objectif était de créer des capsules ont retenu leur attention. Bref, place au retour des premiers concernés.

Les élèves ont dans l’ensemble adoré les vidéos, mais beaucoup les ont trouvées super pour réviser. Ils ont également apprécié le format court, ce qui les rendait claires.

« Avec les vidéos, je comprends tout et c’est plus facile en classe. »

« Les capsules nous permettent d’apprendre quand on ne sait pas. »

Par contre, certains ont signalé que parfois, ils ont du regarder la vidéo une dizaine de fois pour la comprendre. D’autres ont même dit que de temps en temps, ils  ne comprenaient pas la capsule (ce qui est tout à fait normal).

Pour les questionnaires (formulaires Google), la plupart ont aimé car il n’y avait pas d’écriture et ce n’était pas sur cahier.

« Super l’absence de devoirs écrits. »

Seul un élève aurait voulu des exercices écrits.

Enfin, les ateliers de création de capsules a été leur préféré. Même si quelques élèves ont aussi apprécié réaliser eux-mêmes les cartes mentales.

Comme pour les ceintures, voici un petit résumé vidéo.

Les ceintures de compétences : le bilan des élèves

judo2_1

Une nouvelle année scolaire de passée et voici venu le temps des bilans.

Commençons tout d’abord par le retour des élèves sur les ceintures de compétences. Pour être bref avec ceux qui n’auraient pas suivi, chaque semaine les élèves remplissent un Plan De Travail à partir de leurs référentiels de compétences (fabriqués l’été dernier avec une équipe d’une quinzaine de PE à l’initiative de François Lamoureux). Les élèves progressent donc à leur rythme en obtenant des ceintures de plus en plus complexes. En cas d’échec, ils possèdent trois essais pour valider la compétence travaillée.

Donc, une année scolaire après, j’ai décidé de demander aux élèves leurs ressentis sur ce fonctionnement. Voici une partie de leurs réponses :

Tous les élèves ont préféré valider leurs compétences à leur rythme, quand ils se savaient prêts.

« C’est mieux que les bilans car on décide quand on les fait »

Ils étaient donc ravis de ne plus avoir de bilans de fin de période. (à part un ou deux très attachés à ce mode de fonctionnement). Au niveau des devoirs, ils ont eu l’impression qu’ils avaient moins de choses à réviser.

Les élèves ont aussi apprécié d’avoir plusieurs essais bien que pour certains, une partie des essais était dure. Mais le fait de pouvoir recommencer ce qu’ils n’avaient pas réussi les a libérés et moins stressés. D’autant plus que, toujours selon eux, le format court leur permettait une meilleure concentration et une plus grande application.

« Il y avait plein de choix, c’était court et même parfois on avait 4 essais »

Quelques élèves m’ont fait remarquer que cette nouvelle organisation les a un peu perturbés au début de l’année. Que pour certains, il était difficile de s’organiser. Mais tous s’accordent à dire que cela les a aidés à progresser tout au long de l’année.

« j’ai bien aimé, ça m’a aidé, j’ai revu, j’ai appris, j’ai eu plein de ceintures, j’ai adoré »

J’ai senti cette année une plus grande motivation des élèves et je les ai sentis beaucoup plus concernés par leur travail. Ils étaient aussi très fiers de rapporter tous les weekends leur PDT à la maison pour que les parents les visent et donnent leur avis sur la semaine de leur enfant.

« Je suis content de mon travail car j’avance bien et j’ai plein de ceintures rouges et noires »

« Mes parents aiment bien quand j’ai vert »

Pour ce qui est du PDT, les élèves ont adoré choisir eux-mêmes les compétences qu’ils voulaient travailler au cours de la semaine. Ils avaient un sentiment de liberté qui, du coup, les impliquait beaucoup plus dans leur année. Malgré tout, certains préféraient et aimaient que je les aide à le remplir.

Enfin, s’engager pour des compétences et pouvoir « rajouter du travail » leur a également énormément plu.

Peu de retours négatifs des élèves à ma grande surprise (eux qui sont toujours très critiques). Toutefois, certains ont trouvé que comme la progression des leçons de l’année est commune, parfois ils revoyaient des notions alors qu’ils les avaient déjà validées dans leur PDT.

Pour finir (je lui ai promis de le mettre), un élève a trouvé qu’il y avait beaucoup trop de ceintures et de référentiels.

Voici donc le retour de mes élèves sur ce fonctionnement. Je vous dis à bientôt pour un bilan plus personnel; en attendant, je vous invite à regarder cette petite vidéo récapitulative.

Le remue-méninges

business people and social network

Petit retour sur une formation nommée « EPS et atelier philo » dispensée par l’excellente Doriane Roux, formatrice à l’ISFEC Tours-Angers.

Lors de cette journée, nous avons découvert ou redécouvert les concepts de remue-méninges¹ et d’ateliers de philosophie².

Quels sont les objectifs des remue-méninges ?

Il s’agit tout d’abord de compléter la pratique sportive des enfants par des temps de réflexion, d’échanges, d’écoute, de débats pour mettre le corps au service de l’esprit. Ensuite, les rencontres vont permettre aux enfants de se connaître, de connaître l’autre et de se faire reconnaître par autrui, d’avoir un regard avisé sur le monde qui l’entoure.

Quels sont les apports des remue-méninges ?

Ces derniers contribuent à l’appropriation des connaissances (champs lexicaux, précision de la pensée..), au développement de capacités (analyse, expression d’une opinion personnelle..) et à la maitrise d’attitudes (écoute, respect, curiosité..).

Comment se déroulent les remue-méninges ?

Un remue-méninges doit se dérouler sur une vingtaine de minutes et comporte deux phases.

La première phase permet à chaque élève de s’exprimer ou non sur un sujet donné par l’enseignant. C’est le possesseur du bâton de parole ou micro qui peut s’exprimer. Les élèves sont disposés en cercle de manière à ne pas se tourner le dos et se passent le bâton durant 10 minutes.

La seconde phase se déroule également sur une dizaine de minutes et est consacrée à des échanges, à une discussion entre les élèves. L’enseignant lit les notes prises au cours de la première phase ou fait réécouter la bande son (si enregistrement au micro), et les élèves sont invités à réagir si ils le souhaitent. Alors l’enseignant s’interrompt et laisse la discussion s’installer.

Quelles sont les règles à respecter ?

Il y a des règles d’or à respecter qu’il est préférable d’afficher :

– Pour prendre la parole il faudra avoir le bâton de parole (ou le micro).

– Seul celui que l’a est autorisé à parler.

– Il n’y aura ni moquerie, ni critique, sur ce qui est dit.

– Chacun a le droit de s’exprimer librement sans être interrompu.

– Personne n’a le droit de m’interpeller sur ce que je dis à ce moment-là.

– La parole dite est respectée en tant que telle, pour ce qu’elle est : une parole donnée.

Quel est le rôle de l’enseignant ?

L’enseignant assure une présence silencieuse et confiante. Il est dans une posture de non-intervention et ne doit pas avoir d’attente sur les contenus. Il ne doit pas chercher ni à évaluer ni à instrumentaliser la teneur des échanges.

Et les ateliers philo ?

Les ateliers philo sortent du cadre de l’EPS mais ils reprennent les codes du remue-méninges. On ne s’appuie plus sur une situation ou une question en rapport avec des rencontres d’EPS mais par exemple sur des questions rencontrées en classe, sur des oeuvres littéraires prévues ou non à cet effet ou sur des albums de philosophie mais également sur des affiches, des oeuvres d’art..

 

Je vous invite pour terminer à jeter un coup d’oeil à la fiche ci-dessous qui apporte des précisions sur le déroulement et l’organisation des remue-méninges.

Le Remue-méninges

 

¹ L’USEP a créé et développé le protocole du remue-méninges comme moment citoyen donnant encore plus de valeurs aux rencontres sportives.

² Créés par Jacques Lévine, docteur en psychologie, chercheur et psychanalyste, Agnès Pautard, enseignante, et Dominique Sénore, IEN.