Pourquoi utiliser une tablette (iPad) à l’école ?

Depuis de nombreuses années, le numérique fait son entrée dans le monde de l’éducation avec plus ou moins de difficultés.. L’équipement, souvent à l’origine des mairies ou des établissements, n’est pas souvent bien reçu par les enseignants qui manquent de formation.

La plupart des enseignants équipés que je rencontre lors de mes formations me posent toujours la même question:

Que puis-je faire avec une tablette ?

Et oui, on met des tablettes dans les mains des profs et des élèves sans les former. On constate même régulièrement que les élèves sont plus à l’aise avec cet outil que les professeurs.

Alors qu’est ce qu’on fait avec une tablette à l’école primaire voire même au collège ?

Qu’est ce qu’une tablette ?

Une tablette c’est :

  • un dictaphone
  • un micro
  • une camera
  • un appareil photo
  • un logiciel de montage vidéo
  • un instrument de musique
  • un logiciel de dessin
  • un logiciel de bureautique
  • une banque d’application inimaginable

Tout cela dans 1 appareil. Qui fait mieux ?

Une fois que l’on est en phase avec cela, on peut réfléchir à ce que l’on va pouvoir faire avec. Je présente souvent des usages en formation mais c’est un tel outil de créativité que seul l’imagination de l’enseignant est la limite.

J’ai listé ici quelques apports d’une tablette à l’école mais il y en a bien d’autres..

Vous le savez, j’ai porté mon choix sur les iPad même si il existe également de nombreuses tablettes Android de qualité. Voici les 4 raisons principales de mon choix:

  • La fiabilité
  • La facilité d’utilisation et de réglages
  • La sécurité
  • La qualité des applications proposées via le store

Produire des ressources

Mes élèves utilisent les iPad principalement pour produire des ressources comme :

  • des cartes mentales
  • des capsules
  • des textes
  • des affichages
  • des présentations

Je vous laisse découvrir les capsules et autres productions sur la chaîne YouTube de ma classe.

Produire des écrits

Ecrire des textes sur ses cahiers pour les faire lire au maître c’est bien, mais si on peut en plus faire quelque chose de plus joli en développant des compétences numériques des programmes et pouvoir être lu par des classes du monde entier.. La différence est là. Et cela change tout. Je n’ai jamais eu autant d’élèves qui s’appliquaient et qui persévéraient dans leur production.

Et oui, il y aura toujours des contres, car vous allez me dire que c’est un peu la carotte, mais arrêtons de se voiler la face, nous savons pertinemment que l’expression écrite n’est pas ce qui passionne la plupart de nos élèves. Donc oui, ce genre de projet déculpe la motivation de la classe.

Créer, s’exprimer et programmer

Les élèves vont pouvoir s’exprimer devant une caméra, s’enregistrer, produire des scénarios, des jeux vidéos, des films en StopMotion, des morceaux de musique.. Comme je le disais plus haut, l’imagination n’a pas de limite.

N’hésitez pas à aller faire un tour sur la chaine YouTube de ma classe.

Les élèves vont prendre confiance, exprimer leurs sentiments, être eux-mêmes tout en travaillant des compétences essentielles pour leur vie future.

C’est la même chose pour tous les éléments de programmation que les élèves, dès le cycle 2, doivent acquérir.

Je cite ici quelques applications qui permettent de travailler ces compétences, mais il en existe bien d’autres..

Différencier

Pour finir, un des points les plus important et essentiel pour moi dans mon enseignement, c’est la différenciation. Et justement, la tablette permet de faciliter cette mise en place. J’en ai déjà beaucoup parlé sur le blog avec les ceintures de compétences et les parcours.

Mais je ne l’utilise pas seulement pour cela.

Aussi pour préparer et faire faire les dictées, développer l’autonomie (avec par exemple Rallye-Lecture et Matheros), permettre une nouvelle organisation pédagogique (classe flexible) mais aussi évaluer (Plickers et Kahoot), permettre aux élèves de s’entrainer (Défitables, learningapps).

En espérant que cet article vous permettra de vous lancer dans l’utilisation des tablettes en classe ou même vous motivera à doter votre classe.

On se tient au courant.

Collègues profs, simplifiez vous la vie avec teetsh.com

Me revoilà après presque deux mois d’absence.. Je n’ai pas disparu, ni laissé le blog de coté, juste la rentrée et ma nouvelle classe qui m’ont pris énormément de temps et d’énergie. Maintenant que tout cela se stabilise, je peux à nouveau écrire et partager de nouvelles trouvailles numériques ou idées pédagogiques.

Aujourd’hui, je vous présente donc teetsh.com, un site qui promet de faire gagner du temps à tous les professeurs des écoles en leur simplifiant la préparation de trois outils principaux: l’emploi du temps, le cahier journal et les fiches de préparation.

L’interface est plutôt bien faite et les fonctionnalités sont complètes. C’est simple, et on ne se perd pas dans les paramètres comme cela arrive chez certains concurrents.

Allez, faisons un petit tour d’horizon des ces trois outils.

Commençons par l’emploi du temps. Il suffit de glisser avec sa souris sur les créneaux horaires souhaités puis une boite de dialogue s’ouvre, ce qui permet ensuite d’y mettre ce que l’on souhaite.

Les couleurs sont personnalisables, les tags aussi. On peut copier une matière d’un jour à l’autre, les dupliquer sur une même journée (pour la gestion des doubles ou triples niveaux voire pour des ateliers en classe unique). Tout est très simple. Le site calcule pour vous les horaires de chaque matière.

On retrouve ensuite cet emploi du temps dans la section cahier journal. Ce qui permet de gagner du temps et de ne pas remplir tout son EDT matière par matière.

On peut ensuite créer sa fiche de prép ou bien lier la séance à une fiche de prép déja créée. La présentation est clair et tout est exportable au format PDF pour impression ou pour pouvoir tout consulter sans connexion internet dans sa classe.

Du coté des fiches de prép, les liens sont faits avec les thèmes et les objectifs des nouveaux programmes. Il suffit alors de les sectionner dans un menu déroulant. Quel gain de temps !!!

Il suffit ensuite de créer vos séquences et vos séances. Tout est fait pour vous accompagner dans cette préparation. J’y vois une grande aide pour les jeunes profs qui se lancent dans le métier et qui vivent des premières années compliquées. Pour les anciens aussi, le copier coller fait des merveilles et la réutilisations de certaines séquences au fil des ans également.

Le problème de taille pour teetsh.com c’est qu’il s’heurte à la concurrence et surtout l’ogre Edumoov, bien ancré dans le monde des profs des écoles.

Les tarifs sont dérisoires. L’emploi du temps est gratuit. L’abonnement pour 1 an est à 19€. Ce qui revient à 1,5€/mois.. Vous avez la possibilité d’essayer cette solution pendant 1 mois afin de vous en faire votre propre idée.

De mon coté, je suis en train de tester le site en profondeur. J’ai ma propre organisation mais je ne suis pas exemplaire dans la conception des mes fiches séquences et séances. Cela me ferait peut-être du bien de m’y remettre en étant accompagné par ce genre de solution.

Je vous dirai bien évidemment si je décide de sauter le pas et d’utiliser ce site pour m’organiser. Je suis un grand fan des applications, car ma machine principale est un iPad, mais je reste ouvert.

Je finis en vous proposant un petit concours afin de gagner deux licences d’un an d’utilisation. Pour participer, c’est très simple, il suffit de répondre à une question dans les commentaires de l’article. La réponse se trouve dans le blog, à vous de chercher. Fin du concours le vendredi 18 octobre à 20h.

Voici la question : Quelle est l’application que j’utilise au quotidien pour échanger avec les parents de ma classe et qui a remplacé le cahier de liaison ?

EDIT : Félicitations à @Creyolita et @Dansloeildelamaitresse qui remportent une licence d’utilisation pour un an.

Une nouvelle année avec @KlassroomFR

Vous découvrez Klassroom, je vous invite à relire mon article de présentation que j’avais fait l’année dernière (en cliquant ici).

La différence cette année, j’ai supprimé le cahier de liaison au format papier pour obliger toutes les familles à y passer. C’est ce qui avait pêché l’année dernière, seulement la moitié des familles avait rejoint Klassroom.

Et là succès garanti, j’ai réussi à avoir l’ensemble des familles (sauf une malheureusement mais de mauvaise foi, manque de place dans son téléphone, pas envie de supprimer Facebook ou Snapchat pour suivre la scolarité de son enfant).

J’utilisais tout de même une pochette cartonnée en parallèle pour y glisser toutes les feuilles qui demandent à être remplies par les parents.

Le dialogue a été facilité tout au long de l’année, le retour des parents a été exceptionnel. L’application nous rapproche des familles et inversement. Du coup, le rapport change totalement et j’ai bien l’impression que l’implication des familles est plus grande.

Bon, en faisant un bilan avec mon collègue qui utilise aussi l’application mais en version gratuite pour les parents, on constate tout de même que les commentaires et interactions sont moins nombreux qu’avec ma classe qui est premium.

Quoi qu’on en dise, et bien qu’il existe la version gratuite « webapp », les parents qui sont bientôt presque tous équipés de smartphones, préfèrent utiliser un application, au même titre que Facebook ou autre.. On s’en est rendu compte lors du voyage scolaire où là, les parents des deux classes ont profité de la version payante.

Trois familles avaient pris l’option de payer les 1,99€/mois pour avoir toutes les publications et pas seulement la dernière.

D’autant plus qu’avec mon collègue avec qui je suis parti en classe de mer, nous avons créé une classe éphémère juste pour cet événement. Et l’engouement était total. Nous avons même eu des parents, qui ne suivaient pas les classes de l’année, qui nous ont rejoint seulement pour cette semaine.

Nous avons partagé le quotidien des élèves lors de ce séjour. Nous n’avons jamais eu autant de commentaires, de retour, de partage, de like. Les parents ont vécu le voyage de leur enfant. Et nous côté prof, nous avons partagé cela avec une facilité déconcertante.

Je me rappelle encore il y a deux ans, nous étions partis aussi et nous avions choisi d’utiliser un blog pour partager le séjour. Heureusement, avec WordPress, cela est facilité mais la mise en place et le retour des familles n’étaient pas si enthousiasmants qu’avec Klassroom.

Bref, avec les petites nouveautés de l’année prochaine, c’est sur que nous allons continuer. Mais, pour mon collègue, ce sera avec la version premium. Bien que selon Klassroom, 90% des familles utilisent la version gratuite. Le prix est alors de 99€ HT pour une classe (à faire payer par votre coopérative ou par votre établissement).

Il y a tout de même du mieux sur la gratuite, les utilisateurs ne verront plus seulement le dernier post mais tous ceux postés lors des derniers 24 heures.

En ce qui concerne les principales nouveautés :

Possibilité de faire l’appel via l’application et de générer des feuilles d’appel avec les statistiques.

Les prises de rendez-vous entre le prof et les familles sont facilités, le prof peut maintenant en initier un (c’était une grosse demande des utilisateurs).

Enfin un « Yearbook » sera éditable à la fin de l’année et c’était plutôt une demande des parents afin de garder un souvenir de l’année scolaire autre qu’en téléchargeant une par une les photos.

En bémol, je note tout de même l’augmentation de l’abonnement pour les familles qui souhaitent ne passer que par l’application. On passe de 1,99€/mois à 2,99€/mois tout de même.

Par contre Klassboard prend de l’ampleur et sort de son statut « bêta ». Je rappelle que c’est une webapp qui permet de contrôler toutes les classes de l’école, pour un directeur par exemple, en un seul endroit. On peut par exemple, très facilement, diffuser un message à tous les parents de toutes les classes.

Je ne peux que vous inviter à essayer l’application qui est validée pour l’éducation nationale.

Je remercie toute l’équipe de Klassroom pour leur confiance.

À bientôt et bonnes vacances.

Les applications des iPad de mes élèves [vidéo]

Aujourd’hui, je vous fais à nouveau entrer dans ma classe et je vous plonge à travers les iPad de ma classe. Je vous montre comment je les ai organisés et quelles applications j’ai choisi d’installer.

Voici la liste des applications présentées:

Je vous dis à très vite pour une nouvelle vidéo.

Un exemple d’utilisation des iPad en ateliers

Aujourd’hui encore, je vous fais entrer dans ma classe. Cette fois-ci, on y découvre mes élèves en action durant les ateliers du mardi matin.

Quelques usages sont présentés, si vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas à me contacter.

 

@Quotitweet – un projet entre twittclasses qui se démarque des autres !!!

Aujourd’hui, je vous fais découvrir une initiative d’échanges entre plusieurs classes possédant un compte Twitter, les twittclasses. Vous connaissez déjà tous la @TwictéeOfficiel ou encore le projet @Tw_oulipo, mais peut-être pas encore @QuotiTweet. Il s’agit d’un projet porté par Xavier Racine, Amélie Canton-Kowalski et Julien Crémoux.

Le projet a été formalisé à la rentrée 2018 avec la création d’un compte Twitter suite à son entrée dans le collectif #TADAF (Twittclasses, Activités et Dispositifs Associés Francophones), mais il existe depuis plusieurs années à l’initiative de Xavier Racine. Il mobilisait déjà quelques classes (une dizaine) dont celles d’Amélie et Julien qui ont rejoint l’aventure afin de faire grandir le projet et attirer de nouvelles classes.

L’objectif est, comme leur compte Twitter l’indique, de favoriser les échanges à travers de situations de communications réelles, entre les twittclasses sur une année, avec la possibilité de participer ponctuellement.

Un programme a donc été réalisé en début d’année afin d’informer toutes les classes participantes (et les autres) sur les thèmes qui seront abordés cette année :


3 thèmes par période pour un total de 10 sur l’année entière (certains thèmes reviennent plusieurs fois dans l’année). Le projet a réussi cette année à rassembler plus de 30 classes sur 3 continents différents (seulement 9 classes l’an passé). Certaines étant des classes basées aux Etats-Unis, le projet est même allé plus loin en permettant des échanges bilingues français-anglais avec la balise #QuotiLingua.

Les classes sont regroupées en binômes qui changent régulièrement afin de ne pas échanger avec les mêmes classes tout au long de l’année.

Voici, par exemple, en détail le programme de la période 4 avec des propositions de tweets.


Le projet #Quotitweet peut être un bon moyen de se lancer sur Twitter avec vos élèves, sans pression, et de découvrir avec sa classe les rouages de ce réseau social. Avec pour objectifs de décupler la motivation et de s’ouvrir sur les autres et le monde.

Personnellement, étant sur plusieurs projets, je n’ai pas encore eu le temps d’y faire participer ma classe mais je trouve que c’est un projet qui permet de revenir aux sources de Twitter et de ses objectifs quand on décide de créer une twittclasse. Car j’ai parfois l’impression que l’on s’est beaucoup détaché de ce pour quoi on l’utilisait et que par conséquent les rapports entre classes ne deviennent plus naturels..

C’est bien pour cela que j’ai décidé de partager ce projet. Je vous encourage à vous inscrire et vous y essayer pendant une période ou deux pour voir si vos élèves accrochent.

L’équipe QuotiTweet vous propose aussi de les rejoindre sur des actions ponctuelles comme le #JourSansE qui aura lieu le 19 mars. Alors n’hésitez pas et tentez l’aventure !

Et je compte sur vous pour revenir vers moi et me raconter votre expérience.

Je vous dis à très vite.

Astuce pour élève DYS – Office Lens de Microsoft

Aujourd’hui, je vous parle d’une application Microsoft autre que OneNote (tout arrive). Et je vous partage une astuce pour faciliter le travail de lecture d’un élève DYS. Mais je pense également que cela facilitera votre travail, et oui, qui n’a jamais retapé un texte trouvé dans un manuel pour adapter la police d’écriture, la taille ainsi que l’interligne pour un élève présentant des difficultés de déchiffrage.

Avec Office Lens, tout devient un jeu d’enfant et l’élève de cycle 3 sera capable d’effectuer la manipulation seul. Il lui faudra juste un iPad et un casque audio (pour ne pas déranger les autres élèves).

Il y a quand même un petit bémol, comme souvent quand on parle de numérique. Il vous faudra posséder ou créer un compte Microsoft (gratuit). Je vous conseille d’en créer un pour la classe entière. Vous pouvez utiliser l’adresse mail de votre choix.

L’autre limitation concernera les possesseurs d’iPad Pro de plus de 10 pouces ne possédant pas d’abonnement Microsoft 365. Mais je n’ai pas encore vu de classes équipées en iPad Pro (…).

Le défi aujourd’hui : se faire lire un texte issu d’un manuel de lecture et ensuite en modifier l’interligne. C’est parti.

Une fois l’application Office Lens ouverte, il suffit de viser la zone de texte désirée.

L’application reconnaît seule la zone de texte mais la plupart du temps un petit recadrage s’impose.

Ce dernier s’effectue simplement en posant son doigt sur les différents cercles. Puis en validant notre scan, un nouveau menu apparaît.

Plusieurs options s’offrent à nous. Celle qui me plait le plus est l’option « lecteur immersif », malheureusement, je n’arrive pas à la faire fonctionner. L’application rejette mon document en m’informant que mon image ne contient pas de texte..

C’est dommage mais ne baissons pas les bras. Je choisis d’enregistrer mon document au format Word. Et là, la magie de l’OCR ou ROC (reconnaissance optique de caractères) se met à fonctionner.

Il me suffit ensuite de « cliquer » (sic) pour ouvrir mon nouveau fichier Word. La mise en page est respectée et on retrouve même les indications de texte.

Je vérifie ensuite dans les réglages de l’iPad (général-accessibilité) que la fonction parole (énoncer) est activée. Puis je sélectionne tout le texte ou une partie, je choisis « énoncer » dans le menu et c’est parti. Sachez qu’il est possible de régler la vitesse de lecture. Tout n’est pas parfait, la voix est « robotique », les liaisons ne sont pas faites mais les mots sont correctement prononcés.

Les options d’accessibilité sur iPad sont très complètes et je trouve cela dommage que Word ne les utilise pas toutes. Dans Pages, quand Siri lit le texte, la phrase lue est soulignée et le mot lu est en surbrillance. Cela facilite beaucoup le travail de l’élève et lui permet d’associer le son à la graphie.

C’est une manipulation en plus, c’est vrai (3 cliques) mais cela apporte un vrai plus.

Vous avez maintenant votre texte en format Word. Vous pouvez le modifier comme bon vous semble avant de l’imprimer pour l’élève concerné qui en gardera une trace adaptée.

Et voilà pour l’astuce de la journée. En espérant que cela vous sera utile pour aider vos élèves DYS.

Je vous dis à bientôt.

Mon Labo d’expérimentation numérique

Depuis plusieurs années, en APC, je prends des groupes d’élèves pour leur faire découvrir la programmation ou les faire produire des ressources ou créations numériques. J’ai fait du StopMotion, des WebTV, de la programmation (Scratch, Tynker, Tickle), de la programmation de mini-drones et bien d’autres encore..

Puis en observant la création d’une « ClassLab » par Gilles Tisseraud, je me suis dit qu’empiler ces ateliers dans les différentes périodes de l’année n’était plus forcément une bonne idée. En discutant également avec mes collègues du collège qui ont organisé un atelier du midi sur la programmation et qui ont choisi de prendre des élèves de la 6e à la 3e en imaginant un tutorat. Les anciens forment les nouveaux 6e ou autres qui arrivent et ainsi de suite d’année en année.

C’est pour cela que cette année, j’ai décidé de créer un « Labo d’Expérimentation Numérique ». Bon le nom est peut-être un peu pompeux mais pour l’instant je n’ai pas trouvé mieux (je suis d’ailleurs ouvert à toutes propositions).

Pour cette première année, j’ai pris 18 élèves de CM1 et CM2. Si cela est concluant, j’ouvrirai au CE2 l’année prochaine. J’envisage également de faire revenir quelques 6e l’année prochaine pour encadrer les plus jeunes. Le groupe que j’ai pris s’est engagé sur l’année entière, tous les jeudis de 13h à 13h45.

Nous avons comme matériel pour l’instant, des vieux ordinateurs, des iPad, des mini-drones, des boites Bloxels, des trépieds, un fond vert, des casques, une apple TV et bientôt une imprimante 3D.

J’ai demandé aux élèves de choisir un projet et d’aller au bout de ce dernier. Avec la possibilité de choisir un autre projet une fois le premier terminé. On estime la fin du projet par un partage en ligne sur la chaine Youtube de ma classe.

Les élèves ont donc commencé au retour des vacances de la Toussaint. Certains se sont lancés dans la création de jeu vidéo avec bloxels (qui est très facile à prendre en main). J’espère ensuite qu’ils passeront à l’étape supérieur avec Scratch ou Snap par exemple).

D’autres dans la création d’une histoire avec Tickle ou Tynker qui sont des applications de programmation par blocs très polyvalentes.

L’accompagnement était intensif lors des premières séances puis au fil des semaines, les élèves ont produit en autonomie, en coopérant avec leurs camarades. En partageant leurs découvertes, leurs expérimentations, leurs réussites, leurs échecs. J’étais là en tant que contrôleur de l’avancée des projets mais surtout en tant que personne ressource.

Un groupe de fille a décidé de se lancer dans la réalisation d’un journal télévisé avec l’aide du fond vert. Ecriture de scénario, tournage puis montage. Ce projet va leur prendre une bonne partie de l’année.

Leur projet avance. Les élèves manipulent, expérimentent, produisent avec des outils numériques qui constituent leur quotidien.

Un autre élève qui apprécie beaucoup la musique a pris plaisir à réaliser un album avec GarageBand que nous avons pu partager sur le compte SoundClound (plateforme de streaming musical où chacun peut déposer ses propres créations) de la Classe.

 

Comme Gilles qui m’a beaucoup inspiré et qui va beaucoup plus loin que ce que je propose, j’écris ce billet pour à votre tour vous pousser à vous lancer, vous montrer ce qui est possible. Vous montrer également qu’il est possible de faire confiance à nos élèves. Que les laisser explorer leur créativité est aussi le rôle de l’école. J’utilise ici le numérique mais bien évidemment que ce n’est pas le seul moyen.

En tous les cas, je suis ravi du succès de cet atelier et j’ai hâte d’observer l’ampleur et la direction qu’il va prendre au fil des ans.

Et vous, vous vous lancez quand ?

Scratch passe en version 3.0


Grande nouvelle, Scratch passe en version 3.0 et présente de nombreux changements qui vont permettre à tous d’utiliser ce formidable outil de programmation.

Comme le dit Geek Junior (article complet)La version 3.0 de Scratch est une petite révolution. Tu peux ainsi jouer à des projets Scratch sur ton téléphone, créer des projets sur ta tablette et même contrôler des projets Scratch avec ta voix. Autre changement, moins visible mais très important pour la pérennité de l’outil, Scratch adopte le HTML 5 et laisse de côté le vieux Flash. La version 3.0 sera ainsi accessible depuis n’importe quel navigateur (ou presque).

Nous qui depuis des années devions nous contenter de Scratch Jr sur iPad, voici qu’enfin, avec l’adoption du HTML5 et l’abandon du Flash, nous allons pouvoir utiliser la version intégrale de Scratch sur les tablettes de la classe sans passer par Puffin.

D’autres nouveautés sont à découvrir ici en anglais.

Autre information importante, en passant par la version Scratch 3.0 de l’Académie de Grenoble, vous pouvez enregistrer vos projets directement sur votre iPad.

Pour ce faire, suivez le tutoriel de Bruno Terrasson

Une nouvelle version majeure de Scratch 3.0 qui va faire de l’ombre à Tynker et Tickle..

Les applications de mon iPad [fin 2018]

On se retrouve aujourd’hui pour parler productivité avec un iPad. C’est devenu au fil des ans ma machine principale pour travailler, bien plus que mon MacBookPro. D’ailleurs, cet été, je ne suis parti qu’avec mon iPad; je voulais voyager léger. Cela ne m’a pas empêché de préparer ma nouvelle année scolaire, de produire des nouveaux documents et de publier quelques articles.

Je sais qu’on a tous des habitudes sur PC, et que cela n’est pas évident d’en changer. Mais pour la plupart des usages, un iPad est bien suffisant.

Je ne vais pas vous présenter toutes les applications de mon iPad qui sont à ce jour au nombre de 239 (je vous rassure, je ne les utilise pas toutes, elles sont présentes pour des tests ou pour des présentations quand je suis en formation). Je vais vous présenter celles que j’utilise le plus souvent pour être productif et qui me permet de faire de l’iPad ma machine principale.

Ma page principale peut vous paraitre un peu désorganisée mais la plupart des applications sont bien rangées dans des dossiers. Il y a aussi quelques applications personnelles comme celles qui concernent mes finances. Je ne vous détaillerais donc pas chaque dossier, mais plutôt mon dock d’applications où sont placées celles que j’utilise le plus régulièrement.

Alors intéressons nous aux applications du dock.

Pour gérer mes mails j’utilise Gmail qui répond parfaitement à mes besoins. Je peux transférer mes rendez-vous et gérer mon calendrier directement dans l’application Google Agenda qui a ma préférence sur iPad, même si je reste un grand fan de Fantastical (que j’utilise sur iPhone).

Pour gérer mes projets et mes tâches, j’utilise l’excellent Things 3. Il devient vite indispensable tant les possibilités d’organisation sont grandes.

Pour gérer mes notes quotidienne, Evernote est mon choix depuis de nombreuses années. Idem, il est très facile de classer et retrouver toutes ses notes grâce à un système de tags judicieux. J’y stocke des idées pour la classe, des articles, mes compte-rendus de réunion et d’observation, ainsi que les contenus de mes formations. Mes articles du blog y sont également sauvegardés automatiquement via IFTTT.

Ensuite, bien évidemment OneNote que je ne vous présente plus à la vue du nombre d’articles qui lui est consacré sur le blog.

Pour produire des documents j’utilise la suite iWork d’Apple qui se compose de Pages, Keynote et Numbers.

On passe ensuite à l’application Photos, qui comme son nom l’indique permet de gérer ses photos mais pas que, elle gère aussi les vidéos et permet des retouches rapides mais complètes de toutes ses prises de vue.

Twitter pour communiquer et rester informé de l’actualité, c’est une salle des profs géante.

Pour faire des recherches sur internet, mon navigateur préféré reste Chrome, j’y ai mes habitudes et il est réglé comme je le souhaite.

Dans mon dock d’applications, j’ai également un dossier qui regroupe quelques indispensables pour mon quotidien.

Tout d’abord Notability, une application qui me permet de gérer et d’annoter des PDF mais aussi de prendre des notes à la main avec le stylet et de m’initier au sketchnote. Pour aller plus loin j’utilise l’application MyScript Nebo qui permet d’écrire du texte à la main qui est rapidement converti en texte numérique, c’est magique.

PDF Expert me permet de modifier, d’annoter les PDF très aisément. On s’en sert parfois avec mes élèves comme TBI, on l’affiche avec l’Apple TV puis on complète les documents ensemble.

Documents 5 est une alternative à Fichiers sur iOS, avec beaucoup plus de fonctionnalités. Il permet de gérer tous ses documents, que ce soit en local ou ceux présent sur vos différents Cloud (Dropbox, Google Drive, OneDrive, etc..). On peut les gérer avec le doigt avec un glisser-déposer, très intuitif.

J’utilise l’application WordPress pour gérer mes différents blogs et publier des articles, répondre aux commentaires..

Mon établissement utilise Google Education, du coup pour collaborer avec mes collègues la suite Google est indispensable. Outre Drive, on utilise beaucoup Docs (le Word de Google) et Sheets (le Excel de Google).

Enfin, l’application Livres me permet de gérer tous mes ePubs et mes PDF pour une lecture agréable.

On zoome maintenant sur quatre autres applications que j’utilise très très régulièrement. Tout d’abord Klassroom qui est adaptée depuis quelques mois au format de l’iPad, elle me permet de gérer la communication avec les parents des élèves de ma classe, je vous laisse relire mon article de présentation. Ensuite Spark Video que l’on ne présente plus également. Mes élèves l’utilisent bien plus que moi mais j’aime encore l’utiliser pour faire un petite capsule rapide pour expliquer une notion. Même si dorénavant, je préfère utiliser Keynote ou encore Explain Everything.

L’application Dictaphone native de l’iPad est très pratique, j’y enregistre toutes mes dictées et autres à destination de mes élèves.

Enfin Book Creator, que je vous ai déjà présenté sur le blog, un puissant créateur de livres numériques qui a très récemment gagné en fonctionnalités dans le petit affrontement qui l’oppose à Pages.

Pour finir, quelques applications en vrac:

Garage Band, indispensable, je m’en sers pour créer de la musique et les bandes sons de mes vidéos Youtube. Slack pour communiquer dans mes groupes de travail. IFTTT et Raccourcis pour créer des actions automatiques entre les applications et gagner du temps. Canva pour créer des infographies et des affichages. Padlet pour créer des murs de ressources. LumaFusion, Quik et iMovie pour faire des montages vidéos simplement. MirageMake ou HP Reveal pour produire des ressources en réalité augmentée. Enfin Inspiration ou MindNode pour organiser ses idées en carte mentale.

J’espère que ce rapide tour d’horizon vous fera réagir dans les commentaires. N’hésitez pas à me partager vos applications favorites pour votre productivité.

Bon dimanche.