Interview par Educadis

Il y a quelques temps, j’ai été approché pour répondre à quelques questions sur ma vision des TICE dans l’enseignement par Educadis, un moteur de recherche des formations en ligne.
Voici cette interview (lien) :

[Interview] Edouard Vincent nous parle de sa vision des TICE

Les professeurs de tous niveaux font toujours beaucoup d’efforts pour rendre leurs classes vivantes et interactives, notamment en intégrant les TICE. Après les points de vue sur ce sujet de Romain Gibert et de Richard Cliche, c’est au tour d’Edouard Vincent de répondre à notre interview. En ce jour de rentrée scolaire, ce jeune professeur des écoles se définissant « complètement geek », qui partage son expérience sur son blog Un Prof Des Z’Écoles, décrit avec nous son point de vue sur la question.

Pouvez vous nous en dire plus à propos de vous et de votre parcours ?

Je m’appelle Edouard Vincent, je suis enseignant depuis 2008. Après un bac scientifique, j’ai obtenu une licence STAPS Education et motricité option premier degré. J’ai intégré ensuite l’IUFM. Après l’échec du concours, j’ai exercé en tant qu’éducateur sportif pendant une année, puis j’ai commencé à faire des remplacements dans les écoles privées. Et tout naturellement, j’ai repassé et obtenu le concours de professeur des écoles du privé. J’entame à la rentrée ma sixième année dans une classe de CM1-CM2 dans une école du Loiret.

Pourquoi vous êtes vous tourné vers les TICE et le numérique dans l’enseignement ?

Je suis moi même passionné de numérique et de nouvelles technologies. Etant à l’aise avec ce formidable outil et ayant pris conscience de toutes les possibilités possibles, je suis convaincu de son intégration dans l’enseignement au quotidien. Je me répète mais les possibilités sont infinies et mettent les élèves en situation de questionnement et de production. Cela favorise les apprentissages et permet une nouvelle approche pédagogique.

Quelle est selon vous l’importance actuelle de ces technologies pour les élèves ?

Les élèves sont de plus en plus baignés dans leur foyer par le numérique avec l’accès au web à partir des ordinateurs mais aussi surtout des smartphones, des tablettes voire des télévisions. L’omniprésence des réseaux sociaux dans leur vie est également à souligner.

Pensez-vous que les TICE représentent un nouveau moyen de motiver les élèves par l’interactivité ?

Effectivement, ces nouveaux supports et cette interactivité sont sources de motivation pour les élèves. Car ils rendent les élèves acteurs de leurs apprentissages.

Selon vous, quels sont les grands avantages des TICE en général ?

La simplicité, la rapidité, l’interactivité, l’aspect ludique et l’infinité de possibilités.

Et à l’opposé, qu’est-ce qui d’après vous peut limiter l’implantation des TICE aujourd’hui ?

Le faible équipement des écoles est un frein. La diabolisation des réseaux sociaux également. En dehors de cela, le manque de formation dans ce domaine des enseignants mais aussi le manque d’intérêt pour le numérique d’une grande partie du monde éducatif.

Comment pensez vous que les TICE doivent évoluer dans les années à venir ?

Il m’est difficile aujourd’hui d’entendre des enseignants utiliser le terme : « je vais en informatique ». Avoir une salle informatique est une chance mais le numérique doit être intégré au quotidien dans tous les domaines d’enseignement. On ne peut plus se contenter d’aller une heure par semaine en salle informatique pour taper un texte sous word et dire ensuite que l’on pratique les TICE. Il ne faut pas enclaver le numérique mais l’intégrer à la pratique quotidienne de la classe.

Quelle serait une récente initiative dans le monde des technologies de l’éducation qui vous a particulièrement marqué ? Pourquoi ?

Deux initiatives m’ont marqué, l’utilisation du réseau social Twitter avec les élèves au sein de la classe. Phénomène appelé « twittclasses ». Mais aussi les classes inversées.

Twitter pour permettre les échanges rapides entre les classes mais aussi redonner un intérêt à la production d’écrits des élèves. Ces derniers sont conscients qu’ils ne seront lus pas seulement par l’enseignant mais aussi par leurs pairs.

La classe inversée pour la prise en compte des différences des élèves. C’est une mise en place de la différenciation au sein de la classe. Initiative que je vais mettre en place dans ma classe cette année à travers mon second blog « jerevisealamaison.com » mais aussi en utilisant comme plateforme Evernote comme espace numérique de la classe.

Merci beaucoup à Edouard Vincent d’avoir accepté de répondre à ces questions pour mieux comprendre la vision d’un professeur qui n’hésite pas à mêler enseignement et numérique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s