cc12

Après deux mois de classe, il me parait intéressant de faire un petit bilan sur les gros changements que j’ai mis en place dans ma classe. Le nouveau système de poésie, les PDT (ceintures) ainsi que la classe inversée.

Les poésies en autonomie

Rappel : Les élèves piochent dans un recueil les poésies qu’ils souhaitent réciter. Ces dernières sont réparties en dix niveaux de difficulté. Ensuite, les élèves peuvent s’inscrire pour réciter leur poésie; ils doivent au minimum en faire dix dans l’année, soit deux par période.

Et ben..quel bonheur !!! Observer mes élèves gérer leur planning de poésie, la copie, l’illustration, sans éprouver le besoin de me solliciter est un véritable plaisir. Au moment où j’écris cet article, certains élèves ont déjà récité quatre poèmes. Bien sur, pour les élèves les moins autonomes, j’essaie de les guider dans leur choix afin qu’ils soient toujours en réussite.
De plus, le choix de ne faire réciter que 12 élèves par semaine me paraît plutôt judicieux. Enfin, pour mes oreilles, quelle joie d’entendre une diversité dans les récitations et pas 30 fois la même poésie.

Bilan : Que du positif à retenir !!!!!

Les plans de travail (ceintures)

Rappel : Les élèves notent dans leur PDT les items des différentes ceintures qu’ils souhaitent passer (voir ici)

En période 1, j’ai tenu la main de mes élèves en leur indiquant quoi noter dans leur PDT. Depuis la rentrée de novembre, je les laisse choisir (bien sûr, certains ont besoin de mon aide et j’ai la chance d’avoir des élèves qui n’hésitent pas à me solliciter..). La plupart des élèves se sont aperçus qu’ils voulaient en faire trop et que s’organiser pour compléter son PDT n’était pas si simple que cela. Depuis 2-3 semaines, l’équilibre commence à être trouvé par l’ensemble de la classe.

De plus, les élèves sont vraiment motivés. Obtenir des ceintures est vraiment moteur; l’inverse également. Les voir sauter de joie me donne autant de satisfaction que de les voir s’entraîner, réviser, se préparer pour l’essai 2 ou l’essai 3 quand les précédents furent un échec.

Les parents s’impliquent également énormément et me remercient beaucoup pour les exercices supplémentaires que je mets à disposition dans l’espace numérique de la classe (Evernote). Du coup, je n’ai presque plus besoin de donner des devoirs, ces derniers s’imposent d’eux mêmes en fonction du PDT de chaque élève. C’est une surprise et je ne m’y attendais pas,je l’avais espéré mais cela me paraissait un peu tôt. C’est donc une réussite, et je garde cela dans une coin de ma tête pour le faire évoluer l’année prochaine.

Bilan : Encore que du positif !!!!!

La classe inversée

Rappel : Le carnet « classe inversée », dans l’espace numérique de la classe, contient pour chaque leçon de l’année : une capsule, un questionnaire, des exercices supplémentaires et bientôt une trace écrite et/ou carte mentale. Une semaine avant d’aborder une notion en classe, j’invite les élèves à visionner la capsule et à répondre au questionnaire afin de constituer des groupes de besoin. (plus de détail ici)

C’est le bilan le plus mitigé de cet article pour plusieurs raisons.

La première, c’est que tous les élèves ne répondent pas aux questionnaires (oubli, impossibilité à la maison, pas de tablettes/ordis disponibles en classe..). Ce qui m’oblige alors à bricoler des groupes qui ne reflètent pas forcément la réalité.

La deuxième, c’est que parfois (souvent), les parents aident leur enfant, ce qui fausse les réponses et donc ma constitution de groupes.

La troisième, c’est que j’ai pensé tout laisser tomber, car cela me prend beaucoup de temps, et je suis d’une nature impatiente, j’ai envie que tout fonctionne sans délai. Comme ce n’est pas le cas, je me pose des questions. Peut être que mes élèves ont besoin que je m’investisse dans autre chose ? Ou peut être qu’ils ont besoin d’un environnement de classe dit « plus classique » ?

Malgré tout, il y a du positif à retenir, les enfants apprécient mes capsules, et les visionnent régulièrement que ce soit en classe ou à la maison. Pas seulement avant, mais aussi pendant, et encore plus après. Et c’est encore une grande satisfaction.

Enfin, les groupes fonctionnent bien (quand je peux les faire correctement). Les élèves produisent, réfléchissent, collaborent et progresse à leur rythme, et cela me fait oublier tous les désagréments énumérés plus haut.

Bilan : du positif et du négatif

Bilan général

Je suis très heureux de ma nouvelle façon de faire fonctionner la classe. J’ai très envie de continuer même si tout n’est pas parfait. Les élèves adhèrent même si pour certains, il a fallu un petit temps d’adaptation. Les parents aussi ont eu besoin de ce temps là, et pour certains (ceux qui ont des enfants au collège) l’absence de notes est déroutante. Mes collègues regardent cela de très loin..

Mais je me sens en phase avec mes convictions et après 6 ans de CM, j’ai l’impression de tout recommencer, que tout est nouveau, et cela me donne une pêche incroyable !!!!!!!!!!