« C’est son histoire » ou donner du sens à la liaison CM2-6e

J’ai la chance dans mon établissement (école-collège) d’avoir une super prof d’arts plastiques. Une super prof qui en dépit de nos difficultés à mettre en place un véritable lien de cycle 3 passe outre et nous permet d’envisager un projet de cycle.

Mes élèves ont donc pu se rendre plusieurs fois travailler avec une classe de sixième sur le projet « c’est son histoire ».

B. Nazarenko est partie de l’oeuvre de Duchamp « Fontaine » et du livre de F.Clément « magasin zinzin » pour réfléchir à la problématique suivante : Comment un objet peut-il être présenté ?

Nous avons donc ensuite donné aux élèves la consigne suivante : Vous détenez un objet extraordinaire d’apparence banal. Son histoire est tout autre. Vous nous le présenterez et chercherez à le mettre en valeur. Sans intervenir ou presque sur un objet du quotidien, vous lui inventerez une histoire, un titre afin que celui-ci sorte de l’anonymat pour devenir un objet extraordinaire.

Les élèves devaient pour cette première séance apporter un objet et travailler en binôme (un CM2 et un 6e).

Nous avons ensuite chacun repris le projet respectivement dans nos classes puis lors d’une deuxième séance les élèves ont pu présenter leur oeuvre.

Pour donner un peu de design à nos productions artistiques nous avons tapé et mis en forme les histoires avec Spark Post, pris en photo les objets extraordinaires puis créé un livre avec BookCreator.

Un super projet qui a ravi les élèves et qui a donc allié production, imagination et numérique.

Un grand bravo pour cette superbe exposition et un grand grand merci à B.Nazarenko pour cette idée.

Et voici les productions des élèves de CM2.

Publicités

Premier retour sur les parcours d’entrainement #ceintures [trimestre 1]

Petit retour sur les parcours que j’ai mis en place cette année dans ma classe. C’est une part importante dans l’organisation de la classe qui est basée sur la pédagogie différenciée et l’évaluation par ceintures de compétences.

J’avais déjà fait un article début septembre pour vous présenter le fonctionnement des parcours. Je vous invite à la parcourir avant de lire la suite : mes parcours pour les ceintures.

Je suis très satisfait de ce fonctionnement qui m’a tout de même demandé beaucoup de préparation en amont. Les élèves les plus autonome guident maintenant ceux qui ont le plus de difficultés pour s’y retrouver. Cela me permet vraiment de me concentrer sur le travail individualisé de chacun et d’être beaucoup plus disponible.

Quand un élève choisit de passer l’essai 2 ou 3 d’une compétence qu’il n’a pas validée, il le note dans son plan de travail puis va chercher seul le parcours correspondant sur OneNote. Il a parfois quelques difficultés à identifier le parcours correspondant à la compétence (je pense qu’il me manque un grand affichage classe — work in progress) mais grâce au tutorat cela va de mieux en mieux.

De toute manière, quand je présente ce mode de fonctionnement, je dis souvent que la classe commence à tourner toute seule à partir de janvier.

Un grain de sable se glisse parfois dans le mécanisme huilé des parcours quand par exemple les élèves perdent leur essai 1 ou 2 à corriger par manque d’organisation. Mais aussi quand des petits malins essaient de passer outre les nouveaux exercices d’entrainement et la correction en allant voir un élève d’autonomie 4 qui à le droit d’imprimer des essais.. Mais dans l’ensemble tous les élèves se sentent concernés et adorent travailler en autonomie sans le maître derrière leur dos..

Je suis vraiment ravi de ce système d’organisation même si à l’avenir il faudrait que les exercices d’entrainement supplémentaires soient autocorrectifs ou en ligne (ce sera mon chantier des prochaines vacances d’été, mais cela devrait être rapide).

Et pourvu que ça continue..

Le Cousteau: mise en place d’une monnaie intérieure

Même si l’évaluation par ceintures de compétences décuple la motivation de mes élèves, il y en a toujours sur qui l’effet escompté ne fonctionne pas. Je cherchais alors un moyen de motiver ces derniers.

Étant adepte de la pédagogie institutionnelle, j’ai décidé de me pencher sur la mise en place d’une monnaie intérieure. Alors, voici le Cousteau.

Après de longs moments à me documenter sur le sujet, et surtout à dévorer le retour d’expérience de Bruce Demaugé-Bost de @classedebruce (voir bibliographie en fin d’article), il était temps de se lancer.

En conseil de classe, nous avons choisi d’appeler notre monnaie « le Cousteau » et nous avons réalisé un tableau qui recense les moyens d’obtenir des Cousteau (mot invariable).

Chaque semaine, les élèves reçoivent leur bulletin de salaire (format A5). Cette première version sera certainement amenée à évoluer au fil des semaines..

Avec ce court billet (qui peut amener au débat et aux trolls), je souhaite juste vous présenter ce que je mets en place dans ma classe et je vous partage quelques liens qui m’ont permis de me lancer et de concevoir la monnaie intérieure de la classe.

Bibliographie

La monnaie comme instrument éducatif

De la mise en place d’une monnaie intérieure

La pédagogie institutionnelle et l’argent : dérive ou coopération

La monnaie intérieure

Mon emploi du temps – CM2 [4 jours]

Je vous partage aujourd’hui l’emploi du temps provisoire de ma classe de CM2 avec semaine de 4 jours.

Cliquez sur l’image

Mon espace de classe

Nous voilà à quelques jours de la rentrée, et comme la plupart de mes collègues je suis allé faire un tour dans ma classe. Dans un premier temps pour la mesurer et ainsi pouvoir me projeter dans un plan de classe à l’aide de la solution gratuite en ligne Kozikaza (merci aux collègues de twitter pour la découverte de ce site).

Cette année je vais avoir 31 élèves dont 2 Ulis que je n’aurais pas toute la journée. Aussi, j’ai décidé cette année de ne plus utiliser les casiers sous les tables qui souffrent beaucoup. J’ai pu obtenir un meuble de 30 cases afin de déporter les affaires des élèves et ainsi permettre une meilleure circulation entre les tables. L’élève ne possède pas sa table, il changera de place régulièrement en fonction des activités de classe et des différents travaux de groupe.

J’ai donc pu imaginer des pôles. L’espace tableau blanc, l’espace TBI, l’espace partage de connaissance, l’espace autonomie et l’espace de remédiation. Pas besoin de détailler ces pôles, les dénominations sont assez explicites.

On m’a tout de même demandé comment se disposaient les élèves lors des temps communs. Effectivement, même si ils sont très rares, il existe des petits temps en groupe classe. Je pense notamment à l’histoire et à la géographie. Eh ben les élèves pourront tourner leur chaise, se mettre à l’aise même si j’aime bien me promener dans la classe et que la plupart des documents sont projetés sur le TBI. Aussi, pour la copie des leçons, pas besoin d’être orienter vers le TBI car elles sont rarement copiées en groupe classe et dans ce cas là il y a les traces écrites sur les iPad de la classe ainsi que dans des porte-vues disponibles dans le meuble ressources.

Je garde encore mon bureau cette année que j’aurais bien remplacé par une table mais on manque un peu de mobilier dans l’école avec des classes bien remplies et une liste d’attente qui ne désemplit pas..

Voilà donc pour mes réflexions sur l’espace de ma classe. Nous allons tester cela en espérant que les élèves adhérent. Après je suis sur que cet espace évoluera et que les pôles changeront au cours de l’année. Mais ça, ce sera pour un nouveau billet.

Bonne rentrée et on se retrouve en fin de semaine pour le partage de mon emploi du temps (sur 4 jours).

Cahier numérique d’Histoire et de Géographie [CM2] – Bosser l’été (1)

Cet été, je voulais essayer de trouver une meilleur solution que celle que je propose déjà à mes élèves pour revoir les cours à la maison et en classe à travers OneNote.

J’ai donc, comme à mon habitude, ouvert l’application Book Creator (et oui encore..) et j’ai commencé à créer un cahier numérique en histoire et en géographie. Tout cela en phase de test, j’essaie d’ajouter des choses à ces cahiers au fil de l’été : lecture audio des traces écrites, QR codes, etc..

Je pense mettre le lien dans le OneNote de la classe mais aussi garnir l’application iBooks des iPad de la classe pour une consultation à la maison mais également en classe.

Voici les liens de ces cahiers numériques en mode « bêta ». N’hésitez pas à me donner votre avis.

Cliquez sur l’image

Cliquez sur l’image

Créer un dessin animé avec Toontastic 3D [Démo]

On finit cette année scolaire en chaleur et en dessin animé avec Toontastic 3D de Google (oui, oui le grand méchant Google…).

Une application gratuite qui permet aisément de faire produire à vos élèves des dessins animés simples mais efficaces.

Je vous laisse voir tout cela en vidéo et n’hésitez pas à vous abonner à la chaine.

Bon courage pour cette fin d’année.

L’ENT de la classe avec OneNote

onenote-logo

Cette année avec le retour aux affaires en cycle 3 et le changement de politique d’Evernote, j’ai choisi d’utiliser OneNote comme ENT (Espace Numérique de Travail) de la classe.

Ce que j’aime avec OneNote, c’est les possibilités de mise en page, d’insertion, et la modularité. Ce que j’apprécie également c’est que c’est une solution gratuite et multiplateforme qui ne nécessite pas de compte microsoft pour la consultation.

Ce que j’apprécie moins (comparé à Evernote), c’est l’impossibilité de partager seulement une note.. Quand on partage, c’est le bloc entier sinon rien.. (Mais on me dit que l’option serait bientôt disponible).

Donc concrètement, comme cela se passe dans ma classe.

Mes élèves ont deux OneNote à disposition :

  • Un cahier numérique, qu’il est possible de consulter en classe et à la maison sans modification possible
  • Un cahier de productions/partages qu’il est possible de modifier et d’enrichir en classe et à la maison.

capture-decran-2017-01-07-a-15-01-56

Le cahier numérique de la classe est composé de plusieurs parties :

  • Une présentation qui explique le fonctionnement de la classe (ceintures de compétences / classe inversée / Twictée..). Je vous avoue que cette partie est principalement destinée aux parents d’élèves.
  • Le cahier de liaison qui rassemble les informations importantes de la classe
  • L’agenda
  • Le cahier de leçons où les élèves retrouvent toutes les leçons « enrichies » qui ont été abordées en classe

capture-decran-2017-01-07-a-15-08-45

  • Le bloc dédié à la classe inversée qui regroupe les capsules vidéos de la chaine youtube « Je révise à la maison », une carte mentale et le questionnaire. Ce questionnaire peut être rempli en classe ou à la maison.

capture-decran-2017-01-07-a-15-12-56

  • Les documents ressources avec les référentiels des ceintures de compétences, les diplômes de l’année, les mots pour les dictées et le recueil de poésie.

capture-decran-2017-01-07-a-15-16-22

Le cahier de productions/partages est lui modifiable. Chaque élève peut y stocker des documents, enrichir les leçons avec une carte mentale, une capsule vidéo..

capture-decran-2017-01-07-a-15-23-14

Ici par exemple, l’agenda créé par un élève qui doit maintenant être déplacé dans le bloc non modifiable.

Dans ce bloc OneNote nommé « cahier de leçon (brouillon) », les élèves vont construire les leçons étudiées en classe qui seront ensuite déplacé dans le OneNote non modifiable afin d’éviter les mésaventures.

capture-decran-2017-01-07-a-15-25-42

Ici, un élève a inséré sa carte mentale de vocabulaire. Elle sera ensuite déplacée dans l’autre bloc OneNote.

 

Les blocs OneNote sont créés avec mon compte personnel Microsoft. J’ai également créé un compte Microsoft pour la classe.

Je partage donc de mon compte vers le compte classe. Pour l’instant cela ne pose pas de problème de synchronisation.

Pour la consultation à la maison, les élèves accèdent au bloc OneNote sur la page du blog Je révise à la maison via l’onglet « Espace des élèves » et un mot de passe.

capture-decran-2017-01-07-a-15-31-56

La partie collège de mon établissement utilise Google Classroom donc il se peut qu’à l’avenir je réfléchisse à son utilisation dans ma classe mais pour l’instant OneNote fait très bien l’affaire même si tout n’est pas parfait.

Et vous, quel ENT utilisez-vous dans votre classe ?

Les corsaires du comportement

Surcouf_corsaire_breton-

Cette année, le thème de la classe, c’est la Bretagne et plus particulièrement la cité corsaire de St Malo. Cela devrait se conclure par une semaine en classe de mer..

Dans mes classes, j’aime bien ce système pour rendre compte du comportement des élèves. Cela leur permet d’obtenir des privilèges et de participer à la vie de la classe.

Après les iPad du comportement et les colombes, voici les corsaires.

Dans la classe sont affichés 5 niveaux de mer : mer calme, mer peu agitée, mer agitée, mer forte et mer très forte.

Capture d’écran 2016-08-31 à 14.18.59

Chaque élève possède son petit bateau (qu’il aura colorié à son goût).

Capture d’écran 2016-08-31 à 14.19.07

Et dans son cahier de liaison, il aura le récapitulatif sur la période.

Une semaine

Une semaine

Feuille corsaire.001

une période

Au cours de la journée, les bateaux des élèves évoluent vers la mer calme ou vers la mer très forte en fonction de leur comportement dans la classe. Parfois c’est moi qui fait évoluer le bateau, parfois c’est l’élève lui même qui s’auto-évalue et qui déplace son bateau..

Chaque weekend, je demande à l’enfant de faire signer sa semaine par ses parents et en fonction du comportement de la semaine, l’élève à la droit ou non de piocher parmi les différents privilèges de la classe.

Voici le fichier intégral en PDF : Les corsaires du comportement

Bonne rentrée.

La classe inversée : le bilan des élèves

ON-THE-FLIP-SIDE

Deuxième bilan de la série (pour ce qui est des élèves), avec un retour sur la classe inversée. Il semblerait que les élèves aient retenu principalement les capsules ainsi que les questionnaires. Les ateliers (ou groupes de travail) sont passés complètement à la trappe, sauf pour un seul élève.. Surprenant.

Seul les ateliers où l’objectif était de créer des capsules ont retenu leur attention. Bref, place au retour des premiers concernés.

Les élèves ont dans l’ensemble adoré les vidéos, mais beaucoup les ont trouvées super pour réviser. Ils ont également apprécié le format court, ce qui les rendait claires.

« Avec les vidéos, je comprends tout et c’est plus facile en classe. »

« Les capsules nous permettent d’apprendre quand on ne sait pas. »

Par contre, certains ont signalé que parfois, ils ont du regarder la vidéo une dizaine de fois pour la comprendre. D’autres ont même dit que de temps en temps, ils  ne comprenaient pas la capsule (ce qui est tout à fait normal).

Pour les questionnaires (formulaires Google), la plupart ont aimé car il n’y avait pas d’écriture et ce n’était pas sur cahier.

« Super l’absence de devoirs écrits. »

Seul un élève aurait voulu des exercices écrits.

Enfin, les ateliers de création de capsules a été leur préféré. Même si quelques élèves ont aussi apprécié réaliser eux-mêmes les cartes mentales.

Comme pour les ceintures, voici un petit résumé vidéo.