Les ceintures de compétences, un projet d’école ?

Cela fait maintenant plusieurs années que je fonctionne avec les ceintures de compétences et comme beaucoup au début, et même encore maintenant pour certains collègues du collectif du C2CEdu, j’étais seul dans mon établissement à les avoir mises en place. Je faisais mon petit truc dans mon coin avec ma classe de CM1/CM2. Je me sentais un peu isolé mais j’étais tellement persuadé que c’était le meilleur moyen de faire progresser mes élèves au quotidien, que cela ne me freinait pas.

En changeant d’école, j’ai pu retrouver un ami/collègue qui m’a tout de suite suivi dans cette utilisation des ceintures de compétences. Je n’étais plus seul, nous étions tous les deux en CM2 à évaluer nos élèves de cette manière. Et avoir un autre regard que le mien sur ce que je proposais m’a fait un bien fou. Il m’a amené à réfléchir et revoir beaucoup de choses dans ma pratique. Ce fut un grand bol d’air, et cela m’a fait beaucoup avancer.

Les ceintures de compétences, chacun peut se les approprier, ce n’est pas une méthode fermée. C’est vraiment primordial de le savoir avant de se lancer.

Nous étions alors deux classes à utiliser les ceintures, et cela n’était pas évident pour les élèves de se faire à ce système (cela fonctionnait bien à partir du mois de janvier). Et puis, il fallait bien le présenter aux parents qui n’avaient pas cette représentation de l’école. Donc pendant, deux ans, tous les élèves qui arrivaient dans nos classes débutaient à la même ceintures dans tous les domaines. Ce n’était pas l’idéal car c’était arbitraire et pour certains la marche était trop haute et pour d’autres, cela était trop facile. Il fallait donc que l’on fasse évoluer cela.

J’ai de la chance, j’ai dans mon école un chef d’établissement qui me fait confiance et des collègues motivées qui n’ont pas peur de faire évoluer leurs pratiques. Je leur ai donc proposé d’utiliser les ceintures de compétences sur plusieurs niveaux. Tout était presque clé en main car avec le collectif nous avions construits des référentiels et des essais de la petite section à la sixième.

Mon directeur était emballé (la différentiation est un thème qui revient régulièrement et devient une priorité depuis quelques années) et mes collègues de CM1 aussi. Nous avons donc lancé les ceintures sur deux niveaux (CM1 et CM2). Nous nous sommes beaucoup concertés au début, nous avons beaucoup échangé. Avec nos années de recul, avec mon collègue, nous avons pu au mieux accompagner nos collègues de CM1 à leurs débuts.

Et l’année d’après, nous avons donc accueilli en CM2, des élèves qui avaient déjà un an de pratique des ceintures de compétences. Et cela a tout changé. Les élèves ont repris leurs progressions et leur travail là où ils l’avaient arrêté l’année précédente. Ils ont repris des habitudes, des réflexes qu’il fallait, les années précédentes, mettre en place durant tout le premier trimestre. Quel gain de temps en début d’année sur la mise en place.

De mon coté, plus besoin de le présenter aux élèves et aux parents. Toujours les accompagner bien évidemment, mais ce n’est plus une nouveauté (sauf bien sur pour les nouveaux élèves).

Les élèves arrivent donc en CM2, et ils reprennent là où ils en étaient. Et cela est très rassurant pour eux. Pour nous, un peu plus de travail de préparation en amont mais vraiment heureux de prendre en compte chaque élève dans leurs différences.

Les collègues de CM1, malgré quelques difficultés dans la mise en place, étaient aussi heureuses de fonctionner avec les ceintures et se sont bien appropriés le système. Sur mes conseils, elles avaient choisi de commencer avec quatre, puis cinq référentiels (sur 8 principaux). Elles ont fait un gros travail de préparation sur les parcours entre les essais.

Et cette année, une collègue de CM1 est passée en CE2 et à convaincu sa collègue de la suivre dans ce projet. Coup de chance. Donc, maintenant, les ceintures sont en place dès le CE2. C’est donc devenu un projet d’établissement. Les élèves auront un suivi précis de leurs compétences sur trois ans, du CE2 au CM2.

Avec les collègues à mi-temps, nous sommes 8 enseignants à faire évoluer nos classes autour des ceintures de compétences. C’est une belle dynamique, je me sens maintenant soutenu dans mon établissement. Il y a de l’émulation, de grandes discussions autour des ceintures et de leur mise en place. C’est vraiment enrichissant et une vraie chance.

Personnellement, j’ai hâte d’être dans deux ans pour récupérer des élèves qui auront deux ans de pratique dans le système des ceintures de compétences. Je ne l’ai jamais vécu. J’espère aussi convaincre mes collègues de CP et CE1 de se lancer aussi dans l’aventure, je croise les doigts.

Mon directeur a vraiment été convaincu du projet et le présente dorénavant aux parents lors des rendez-vous d’inscription. Il en parle en réunion directeur et autour de lui, cela devient un peu la marque de fabrique de l’établissement. Je vais les présenter au collège, dans les autres écoles.. C’est vraiment valorisant pour l’école. La plupart des parents sont convaincus par ce système même si certains encore résistent car ce n’est pas ce qu’ils ont vécu quand ils étaient eux à l’école.

J’échange beaucoup avec des collègues qui ont envie de se lancer mais se sentant peu suivi et trop isolé, hésite à franchir le pas. Car, pour ne rien vous cacher, cela demande énormément de travail en amont. J’ai eu la chance d’avoir un collègue qui m’a suivi tout de suite dans cette école, et qui m’a fait passer un palier.

Je vous conseille alors de commencer par un ou deux domaines et d’en ajouter tous les ans en espérant convaincre vos collègues de vous suivre. Et soyez patient et surtout convaincu de ce que vous faites.

N’hésitez pas à parcourir mon blog et celui du celui du collectif des ceintures de compétences afin d’avoir des retours d’expérience et des tuyaux pour les mettre en place.

Pourquoi utiliser une tablette (iPad) à l’école ?

Depuis de nombreuses années, le numérique fait son entrée dans le monde de l’éducation avec plus ou moins de difficultés.. L’équipement, souvent à l’origine des mairies ou des établissements, n’est pas souvent bien reçu par les enseignants qui manquent de formation.

La plupart des enseignants équipés que je rencontre lors de mes formations me posent toujours la même question:

Que puis-je faire avec une tablette ?

Et oui, on met des tablettes dans les mains des profs et des élèves sans les former. On constate même régulièrement que les élèves sont plus à l’aise avec cet outil que les professeurs.

Alors qu’est ce qu’on fait avec une tablette à l’école primaire voire même au collège ?

Qu’est ce qu’une tablette ?

Une tablette c’est :

  • un dictaphone
  • un micro
  • une camera
  • un appareil photo
  • un logiciel de montage vidéo
  • un instrument de musique
  • un logiciel de dessin
  • un logiciel de bureautique
  • une banque d’application inimaginable

Tout cela dans 1 appareil. Qui fait mieux ?

Une fois que l’on est en phase avec cela, on peut réfléchir à ce que l’on va pouvoir faire avec. Je présente souvent des usages en formation mais c’est un tel outil de créativité que seul l’imagination de l’enseignant est la limite.

J’ai listé ici quelques apports d’une tablette à l’école mais il y en a bien d’autres..

Vous le savez, j’ai porté mon choix sur les iPad même si il existe également de nombreuses tablettes Android de qualité. Voici les 4 raisons principales de mon choix:

  • La fiabilité
  • La facilité d’utilisation et de réglages
  • La sécurité
  • La qualité des applications proposées via le store

Produire des ressources

Mes élèves utilisent les iPad principalement pour produire des ressources comme :

  • des cartes mentales
  • des capsules
  • des textes
  • des affichages
  • des présentations

Je vous laisse découvrir les capsules et autres productions sur la chaîne YouTube de ma classe.

Produire des écrits

Ecrire des textes sur ses cahiers pour les faire lire au maître c’est bien, mais si on peut en plus faire quelque chose de plus joli en développant des compétences numériques des programmes et pouvoir être lu par des classes du monde entier.. La différence est là. Et cela change tout. Je n’ai jamais eu autant d’élèves qui s’appliquaient et qui persévéraient dans leur production.

Et oui, il y aura toujours des contres, car vous allez me dire que c’est un peu la carotte, mais arrêtons de se voiler la face, nous savons pertinemment que l’expression écrite n’est pas ce qui passionne la plupart de nos élèves. Donc oui, ce genre de projet déculpe la motivation de la classe.

Créer, s’exprimer et programmer

Les élèves vont pouvoir s’exprimer devant une caméra, s’enregistrer, produire des scénarios, des jeux vidéos, des films en StopMotion, des morceaux de musique.. Comme je le disais plus haut, l’imagination n’a pas de limite.

N’hésitez pas à aller faire un tour sur la chaine YouTube de ma classe.

Les élèves vont prendre confiance, exprimer leurs sentiments, être eux-mêmes tout en travaillant des compétences essentielles pour leur vie future.

C’est la même chose pour tous les éléments de programmation que les élèves, dès le cycle 2, doivent acquérir.

Je cite ici quelques applications qui permettent de travailler ces compétences, mais il en existe bien d’autres..

Différencier

Pour finir, un des points les plus important et essentiel pour moi dans mon enseignement, c’est la différenciation. Et justement, la tablette permet de faciliter cette mise en place. J’en ai déjà beaucoup parlé sur le blog avec les ceintures de compétences et les parcours.

Mais je ne l’utilise pas seulement pour cela.

Aussi pour préparer et faire faire les dictées, développer l’autonomie (avec par exemple Rallye-Lecture et Matheros), permettre une nouvelle organisation pédagogique (classe flexible) mais aussi évaluer (Plickers et Kahoot), permettre aux élèves de s’entrainer (Défitables, learningapps).

En espérant que cet article vous permettra de vous lancer dans l’utilisation des tablettes en classe ou même vous motivera à doter votre classe.

On se tient au courant.

Une année de Géographie en CM2

Après l’Histoire, voici une nouvelle année de Géographie avec mes CM2 pour l’année prochaine. Comme expliqué dans l’article contenant mes préparations en histoire, après 3 ans d’utilisation de mes anciennes fiches, j’étais lassé.. J’ai donc décidé de tout refaire. Je suis donc ravi de vous partager ce gros travail qui m’a pris une grosse partie du mois d’août.

Un grand grand grand merci à Camille Martin qui a pris le temps de relire ce travail à la recherche de petites coquilles et de formulations hasardeuses..

Je tiens à préciser que je me suis inspiré du manuel Odyssée de Magnard pour construire mes fiches.

Les fiches se composent de documents, de définitions, de QrCodes renvoyant vers une ou plusieurs vidéos complémentaires et des questions.

Cliquez sur l’image pour accéder à l’ensemble des fiches

Pour répondre aux questions, les élèves sont amenés à s’aider des documents et à faire des recherches sur internet. Ensuite, une mise en commun par groupe puis par classe est faite ainsi que la réalisation d’une trace qui peut être formulée de différentes manières : texte, carte mentale, capsule..

J’ai tout de même produit mes propres traces écrites avec les termes importants qu’il est indispensable pour les élèves de garder dans leur cahier. Elles serviront de bases en fonction des différentes productions lors des séances.

Cliquez sur l’image pour accéder à l’ensemble des traces écrites

Je vous partage également ma programmation. Je précise que je suis en zone B.

Programmation géographie CM2 NEW 2019

Enfin, en ce qui concerne les évaluations, et pour garder une cohérence avec les ceintures de compétences, je fais des diplômes (mais on peut leur donner le nom qu’on veut). Chaque élève à deux essais pour les valider. Bien que je reçoive de nombreuses demandes, je ne souhaite pas partager mes évaluations qui ne sont bien évidemment pas encore construites..

Diplômes de Géographie CM2 New 2019

En espérant que ce partage vous plaira. Je vous remercie de me retourner vos utilisations de ces documents, cela m’intéresse toujours énormément.

Bonnes préparations

Mes outils pour la rentrée [Emploi du temps, Plan de travail, etc..]

Je vous partage aujourd’hui quelques outils que je vais utiliser l’année prochaine.

Emploi du temps

On commence par l’emploi du temps. Quelques précisions:

  • Je suis dans une école à 4 jours.
  • C2C signifie ceintures de compétences (en autonomie ou non).
  • J’ai placé l’EPS au hasard car je n’ai pas encore mes créneaux.
  • J’ai encadré maths, français et ceintures car je ne travaille pas en classe entière lors de ces séances mais plutôt ce que l’on pourrait qualifier de flexible.
  • J’ai pastorale car je suis dans une école privée.

Clique sur l’image pour ouvrir l’EDT au format PDF

Le plan de travail

Voici la trame de mon plan de travail de cette année que je souhaitais au format portrait contrairement à l’année dernière. Peu de nouveauté car il a très bien fonctionné donc je n’ai aucune raison de changer.

Clique sur l’image pour ouvrir le PDF

La monnaie intérieure

Je vous ai déjà plusieurs fois parlé de la mise en place de la monnaie intérieure en classe. Je vous renvoie à mon dernier article.

Cette année, avec mon collègue, nous avons choisi de travailler sur la France. Nous donnons un nom à nos classes, pour moi ce sera « Classe Marianne ». Et pour notre monnaie, nous avons choisi le Franc. J’ai pris modèle sur les pièces et billets qui ont existé avec l’Euro et je les ai reproduis avec Procreate et mon fidèle iPad.

Je ne sais pas encore si nous allons imprimer sur une feuille cartonnée en couleur ou une feuille simple que nous plastifierons. Il se peut même qu’on ne puisse finalement pas utiliser les copies couleurs même si toutes les photocopieuses vont en être dotées.

Le cahier du jour

Pour le cahier du jour, peu de changement. J’avais un système d’annotation un peu archaïque comparé à ce que je fais avec les ceintures de compétences. Du coup, pour un peu plus de cohérence, j’adapte le même code.

La poésie

Cette année, je laisse de coté mon recueil de la mer (50 poésies) et je reviens sur mon ancien recueil (80 poésies). Les thèmes sont variés. Je change par contre mon code de récitation. J’ai adapté le système de LutinBazar en reprenant ces quatre thèmes que je colorierai en fonction des résultats (vert, orange, rouge).

Cahiers de leçon

Pour les cahiers de leçon, j’aime bien faire des pages de garde pour que les élèves s’y retrouvent. Et depuis deux ans, j’y ajoute des bitmoji sur le thème. Bon, ce sont des bitmoji avec ma tête, et vous allez me dire que je suis égocentrique ou narcissique mais mes élèves aiment bien, trouve cela amusant, alors je continue.

 

Voilà pour ces quelques outils. Vous pouvez retrouver toutes mes programmations sur le blog pour vous aider à construire les votre.

Une année d’Histoire en CM2

C’est parti pour une nouvelle année d’Histoire avec mes CM2 l’année prochaine. Après 3 ans d’utilisation de mes anciennes fiches (que je retravaillais tous les ans), j’étais lassé.. J’ai donc décidé de tout refaire. Je suis donc ravi de vous partager ce gros travail qui m’a pris une grosse partie du mois de juillet et qui sera bientôt complété d’une année en Géographie en CM2.

Un grand grand grand merci à Camille Martin qui a pris le temps de relire ce travail à la recherche de petites coquilles et de formulations hasardeuses..

Je tiens à préciser que je me suis inspiré du manuel Odyssée de Magnard pour construire mes fiches.

Les fiches se composent de documents, de définitions, de QrCodes renvoyant vers une ou plusieurs vidéos complémentaires et des questions.

Clique sur l’image pour accéder aux fiches

Pour répondre aux questions, les élèves sont amenés à s’aider des documents et à faire des recherches sur internet. Ensuite, une mise en commun par groupe puis par classe est faite ainsi que la réalisation d’une trace qui peut être formulée de différentes manières : texte, carte mentale, capsule..

J’ai tout de même produit mes propres traces écrites avec les termes importants qu’il est indispensable pour les élèves de garder dans leur cahier. Elles serviront de bases en fonction des différentes productions lors des séances.

Clique sur l’image pour accéder aux traces écrites

Je vous partage également ma programmation. Je précise que je suis en zone B.

Programmation histoire CM2 NEW 2019

Enfin, en ce qui concerne les évaluations, et pour garder une cohérence avec les ceintures de compétences, je fais des diplômes (mais on peut leur donner le nom qu’on veut). Chaque élève à deux essais pour les valider. Bien que je reçoive de nombreuses demandes, je ne souhaite pas partager mes évaluations qui ne sont bien évidemment pas encore construites..

Diplômes d’Histoire CM2 NEW 2019

En espérant que ce partage vous plaira. Je vous remercie de me retourner vos utilisations de ces documents, cela m’intéresse toujours énormément.

Bonnes préparations

Mon jeu pédagogique de l’année

En plein FLIP de Parthenay (plus d’infos ici), le festival des jeux, j’ai décidé moi aussi de mettre en avant le jeu ludo-pédagogique que j’ai préféré (ainsi que mes élèves) cette année.

Comme vous l’avez vu sur l’image mise en avant, il s’agit de « Multi-Héros » de Lorin Walter et Matthieu Boucher (monécole.fr).

Un jeu qui se joue à 4 et qui permet de façon très ludique de revoir ou apprendre ses tables de multiplications en jouant avec, en les manipulant. Le tout avec des super-héros, des pouvoirs et des attaques.

Mes élèves ont adoré, il va falloir certainement que j’achète d’autres boites, sinon cela va être la guerre.

En tout cas je ne peux que vous le conseiller. N’hésitez pas dans les commentaires à me dire ce que vous en avez pensé si vous l’avez déjà dans votre classe.

La monnaie intérieure [Pédagogie institutionnelle]

Petit retour sur ce que je dis aux parents lors de ma réunion de rentrée sur la mise en place d’une monnaie intérieure:

La monnaie intérieure vise à offrir aux élèves pour lesquels l’objet d’étude scolaire n’est pas une source de motivation intrinsèque suffisante pour s’investir dans un réel travail d’apprentissage une source de motivation extrinsèque.

Quelques principes :

  • La monnaie a un nom et une durée de validité (l’année scolaire)
  • La monnaie n’est pas un bon point. Elle correspond à un salaire (un dû) et non pas une récompense ou à un cadeau (qui dépend du bon vouloir de l’enseignant).
  • La monnaie rémunère le travail. Elle ne sanctionne pas uniquement les réussites mais le travail réalisé (un exercice fait ne devra pas être nécessairement « tout juste » pour être pris en compte).
  • La monnaie révèle et permet de travailler sur certains problèmes de société. 
  • La monnaie permet de régler les amendes (infractions aux règlements de la classe ou de l’école).
  • La monnaie prend sens grâce au marché (l’argent émis doit circuler : un marché ponctuera le versement des salaires)*
  • Chacun, enseignant compris, peut vendre et acheter. Les objets vendus doivent être manufacturés ou d’une valeur inférieure à 2€ (et bénéficier alors de l’accord préalable des parents pour la vente).

Mais tout cela je vous l’ai déjà exposé sur mon billet qui présentait la mise en place de la monnaie intérieure dans ma classe (le Cousteau: mise en place d’une monnaie intérieure).

Alors, je ne suis pas surpris mais seulement 1/4 des collègues qui ont répondu à mon questionnaire ont mis en place ce système.

Certains ne voient pas l’intérêt, d’autres l’ont envisagé mais n’ont jamais sauté le pas pour diverses raisons. Cela leur pose question, notamment à la vue de la société actuelle.

« Dans une société où la globalisation est à remettre en question, j’interroge toujours cette institution au regard des limites que je lui prête: gain, esprit de surenchère et de rentabilité des apprentissages » Loïs

Pour ceux qui l’ont mis en place, les apports sont significatifs.

« La monnaie donne vraiment du sens aux élèves et ils attendent avec impatience le marché de classe. Même les plus fainéants multiplient les exposés, les lectures en classe pour gagner de l’argent. Et ils savent se réguler pour ne pas avoir trop d’amendes » Claire

On note une plus grande motivation pour les élèves dans leur travail quotidien, une émulation au sein de la classe, un travail mathématiques avec les échanges réguliers et une grosse attente pour le marché intérieur de la fin de semaine.

Et vous ? Cela vous tente de la mettre en place ?

Un grand merci à Bruce Demaugé-Bost

Les applications des iPad de mes élèves [vidéo]

Aujourd’hui, je vous fais à nouveau entrer dans ma classe et je vous plonge à travers les iPad de ma classe. Je vous montre comment je les ai organisés et quelles applications j’ai choisi d’installer.

Voici la liste des applications présentées:

Je vous dis à très vite pour une nouvelle vidéo.

Mon premier Escape Game

J’ai décidé aujourd’hui de vous partager le premier Escape Game que j’ai moi même fabriqué.

Il n’est pas exceptionnel et je compte sur votre indulgence, mais c’est avec plaisir que vous me ferez votre retour.

Je l’ai proposé à Noël, et mes élèves ont mis entre 55 et 58 minutes pour le résoudre. Il se compose de 4 grosses parties.

  • Recherche de la clé de code
  • Décodage du message/devinette grâce à la clé de code
  • Utilisation de la réponse à la devinette pour colorier le Qr code
  • Scanner le Qr code pour avoir le code du cadenas

Et cela deux fois car il y avait deux cadenas. Il fallait donc se répartir les tâches.

Rien de caché dans la classe, j’ai juste donné tous les éléments aux élèves dès le départ. Je posterai des photos des élèves prises pendant ce moment sur le compte Instagram du blog.

Je vous le partage au format PPTX:

Escape Game de Noël

et PDF:

Escape Game de Noël

Bon Escape.

PS: si vous voulez en savoir plus sur les Escape Game pédagogiques et avoir plein d’exemples et de ressources pour plusieurs niveaux de la classe, je vous conseille cet excellent site : https://scape.enepe.fr/

Un exemple d’utilisation des iPad en ateliers

Aujourd’hui encore, je vous fais entrer dans ma classe. Cette fois-ci, on y découvre mes élèves en action durant les ateliers du mardi matin.

Quelques usages sont présentés, si vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas à me contacter.